De la chair à canon

  • De la chair à canon
    De la chair à canon
Publié le , mis à jour

C’est une équipe « bis » que le sélectionneur anglais Stuart Lancaster a décidé d’aligner face aux Français, samedi soir à Twickenham. Que vaut-elle vraiment ?

Jeremy Guscott, l’ancien trois-quarts centre du XV de la Rose, ne peut être plus clair : « Cette équipe d’Angleterre est très expérimentale. Stuart Lancaster (le sélectionneur anglais, N.D. L.R.) a une idée claire de ce que sera son équipe type et selon moi, peu de joueurs présents samedi soir le seront pour le début de la coupe du Monde, en septembre. » Des joueurs qui affronteront le XV de France à Twickenham, samedi soir, seuls l’ailier Johnny May et le numéro 8 Ben Morgan pourraient réellement être suscpetibles de démarrer le Mondial, face aux Fidji, à l’automne. A quoi doit-on s’attendre, alors ? Moins puissante, moins rapide que la sélection ayant balayé les Bleus lors du dernier Tournoi des 6 Nations (55 à 35), cette formation anglaise possède néanmoins quelques beaux atouts dans le combat d’avants et au centre du terrain. Au sein de son paquet d’avants, le flanker de Northampton Callum Clark est l’un des soldats de l’ombre qu’affectionne tout particulièrement Lancaster : très bon défenseur, la doublure du capitaine Chris Robshaw est également très précieux dans la guerre des rucks, où son aptitude à ralentir et voler des ballons à ses adversaires fait souvent mouche.

L’attraction Burgess

Mais samedi soir, c’est bel et bien le surpuissant Sam Burgess qui attirera à lui toute la lumière. Arraché à prix d’or par la fédération anglaise et Bath aux griffes de l’acteur Russell Crowe (président des Rabbitohs, un club de Sydney), Burgess était considéré il y a encore dix mois comme le Sonny Bill Williams anglais, soit le meilleur joueur du monde de rugby à XIII. Sauf que... Depuis son arrivée à Bath, le golden boy du Premiership n’a pas vraiment brillé. Utilisé au poste de troisième ligne par Mike Ford (l’entraîneur de Bath), il sera néanmoins titularisé au poste de centre par le sélectionneur anglais. Jeremy Guscott poursuit : « Burgess a une énorme pression sur les épaules. Il a pour mission de remplacer Manu Tuilagi. Actuellement, une grosse polémique secoue le rugby anglais par rapport au poste que Sam doit occuper en sélection. Personnellement, je suis d’accord aves Lancaster et je crois aussi que Burgess est un trois-quarts centre, non un flanker. Car il n’a pas assez d’impact et de compréhension du jeu à XV pour être totalement efficace dans le combat au sol et l’alignement. » Burgess sera-t-il la révélation de ce match de préparation ? Ou alors, le milieu de terrain des Bleus étouffera-t-il le colosse anglais (1, 96m et 116 kg) ? Vite, une réponse !

Marc Duzan

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?