Benjamin Alçacebe « Ils n’ont pas peur de nous envoyer dans le groupe pro »

  • Benjamin Alçacebe « Ils n’ont pas peur de nous envoyer dans le groupe pro »
    Benjamin Alçacebe « Ils n’ont pas peur de nous envoyer dans le groupe pro »
Publié le , mis à jour

En signant son premier contrat pro cette saison avec le CSBJ, Benjamin Alçacebe espère s’imposer en numéro un au sein de l’effectif berjallien. Un désire qui ne relève pas de l’utopie pour ce jeune joueur (23 ans) passé par les centres de formation de Toulon et Bourgoin qui avait montré de belles attitudes, notamment à Agen lorsque le CSBJ était allé créer l’exploit (33-36) dès la deuxième journée.

Non retenu par le RCT, alors qu’il était titulaire chez les Espoirs Benjamin Alçacebe a décidé de rallier l’Isère et le centre de formation du CSBJ à l’intersaison 2015. « Avec la réforme qui reformulait les catégories de jeunes je n’étais, avec plusieurs autres 92-93, pas gardé par le club, explique le jeune numéro 9 avant de rajouter que la politique de Toulon était de recruter des joueurs plus jeunes et de les former sur une période plus longue, alors on m’a demandé de trouver un autre club ». Suite à ce départ prématuré du club champion d’Europe et de France en titre, le demi de mêlée choisit de s’exiler à Bourgoin-Jallieu. La raison ? « Je n’avais plus trop le choix. Bourgoin m’a appelé et j’ai immédiatement été intéressé par le projet du club, du fait qu’ils faisaient jouer beaucoup beaucoup de jeunes en pro. Puis le centre de formation est réputé à Bourgoin. Ils ont sorti beaucoup de grands joueurs donc je me suis dit que c’était une bonne opportunité pour me montrer en ProD2. Je ne pouvais pas passer à côté ». Un choix pertinent puisqu’il a pu s’apercevoir en une saison que le club laissait aisément jouer ses jeunes. « Contrairement à Toulon, à Bourgoin on est beaucoup plus intégré avec le groupe pro et ils nous font confiance. Ils nous laissent la chance de jouer en ProD2. Ils n’ont pas peur de nous envoyer dans le groupe pro. Il suffit de regarder les compos pour voir que Bourgoin fait énormément confiance aux jeunes. On voit qu’on est une génération 91-92-93 très utilisée en équipe une et la majorité est, en plus, passée par le centre de formation. »

« Mon objectif ? Devenir numéro un »

Très vite intégré au groupe pro, Benjamin Alçacebe séduit rapidement le staff berjallien… au point de se voir confier le poste de titulaire lors de la deuxième journée de championnat chez le favori agenais. Résultat ? Le club isérois s’impose 33-36 et peut remercier deux joueurs : Jérôme Bosviel, impérial dans le jeu et face aux perches, et Benjamin Alçacebe, 22 ans à l’époque, qui fait déjouer son vis-à-vis Alexis Balès, pourtant rodé à la ProD2. Avec la confiance du coach, l’ancien toulonnais joue régulièrement en début de saison (11 matchs). Mais une blessure vient ralentir sa progression. Inutilisé lors de la deuxième moitié de championnat, le club de Bourgoin a tout de même proposé un contrat professionnel à ce demi de mêlée prometteur. « Si je ne signais pas pro cette saison je devenais amateur. À 23 ans je n’aurais pas pu resigner un contrat Espoirs. J’ai su en signant à Bourgoin que c’était l’année ou jamais, donc je m’étais vraiment fixé cet objectif de jouer très vite en pro et d’avoir mon premier contrat. J’ai ainsi validé mon premier objectif depuis que j’ai signé au CSBJ. » Cette saison, le joueur passé par Pau, Oloron et Toulon espère même s’imposer en titulaire au sein de l’effectif berjallien. « Maintenant mon objectif pour la saison à venir est de devenir numéro un et d’avoir le plus de temps de jeu possible. Aujourd’hui c’est Fabio (Da Silva N.D.L.R.) qui joue le plus souvent, donc je vais essayer de m’imposer. » Ambitieux mais humble, Benjamin Alçacebe a une carte a joué cette saison au sein d’un CSBJ qui aura besoin de ses jeunes s’il veut se maintenir le plus rapidement possible. S’il est en concurrence avec Fabio Da Silva (mais également le très prometteur Nicolas Faure), l’ancien toulonnais aura à cœur de prouver que le club isérois ne s’est pas trompé en lui faisant signer un contrat professionnel. Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?