RCNM : la Ville pose ses conditions

  • RCNM : la Ville pose ses conditions
    RCNM : la Ville pose ses conditions
Publié le , mis à jour

Didier Mouly, maire de Narbonne, veut voir le Racing jouer les premiers rôles en Pro D2. Si non, la subvention municipale pourrait être revue et corrigée

Fin janvier dernier, les relations entre Rocky Elsom, propriétaire du RCNM à 95 % et Didier Mouly, à la tête de ville de Narbonne qui subventionne le club à hauteur de 425 000 euros, n’étaient pas au beau fixe. La cause : de mauvais résultats et surtout un pouvoir décisionnaire sans partage exercé par l’ancien capitaine des Wallabies. Au cœur d’une saison sportive qui laissait déjà entrevoir une fin de championnat très difficile, Didier Mouly demandait à l’ancien international australien d’intégrer les Narbonnais dans son projet de développement du club. Il était alors proposé à Rocky Elsom de vendre une partie de ses actions à des locaux. La part de capital concernée avait même été chiffrée à environ 30 % et 8 jours avaient été donnés au patron du RCNM pour prendre une décision. L’échéance avait ensuite été reportée avant que l’idée ne soit abandonnée. Retour à la case départ. « The Rock » reste le patron et le seul à décider pour la structure professionnelle du club « orange et noir ». Aujourd’hui, à la veille de la reprise du championnat, les relations entre Rocky Elsom et Didier Mouly semblent s’être sensiblement réchauffées, même si elles restent tièdes, sans enthousiasme particulier. Les deux hommes viennent de se rencontrer deux fois en l’espace d’une semaine. L’occasion pour le maire de Narbonne de préciser la position de la municipalité, ce mercredi 19 août, lors d’une conférence de presse donnée en présence de son premier adjoint, Bertrand Malquier.

Un double engagement

Pour Didier Mouly, « le Racing fait partie du patrimoine local » et le premier magistrat de la ville d’ajouter « Nous sommes tous très attachés à ce club centenaire au riche palmarès. Nous avons souffert la saison dernière et nous ne voulons pas que cela se reproduise. Le Racing doit jouer les premiers rôles en Pro D2 ». Désormais, Rocky Elsom est le seul interlocuteur du RCNM avec la Ville. « Il ne souhaite pas d’intermédiaire. Nous avons échangé nos numéros de téléphones portables et pouvons nous rencontrer quand l’un ou l’autre le souhaite où quand la situation du moment l’exige » précise le maire de Narbonne. Au cours de ces deux entrevues, les rôles de chacun ont été définis dans la perspective d’une valorisation de l’image du Racing auprès des Narbonnais, des habitants du Grand Narbonne et au-delà. Rocky Elsom, en charge du sportif, doit amener des résultats et faire monter le club en puissance. Pour Didier Mouly, « c’est Rocky Elsom qui gère la partie rugby et pas les élus ». De son côté, la municipalité s’engage à proposer une meilleure qualité de prestation aux sponsors et partenaires, une mise à disposition de boissons dans les loges, un accès direct à la tribune présidentielle avec l’entrée principale qui va retrouver sa fonction d’origine. Il n’y aura plus de bar à champagne dans le grand hall qui retrouvera un cadre convivial et festif. Reste le renouvellement de la subvention. Le montant de 425 000 euros reste inchangé alors que la majorité des subventions accordées aux associations narbonnaises a diminué. Le vote doit avoir lieu en septembre prochain lors d’une séance du Conseil municipal. Mais Didier Mouly a tenu à déclarer « Il faut savoir qu’on ne peut pas donner de l’argent public avec autant de facilité. Nous allons donc demander au Racing de s’engager sur deux objectifs : d’abord, assurer le maintien sans galère et ensuite, jouer les premiers rôles dans le championnat. Si ces objectifs ne sont pas respectés, nous pourrions revoir notre participation financière la saison suivante ». Et le premier adjoint Bertrand Malquier d’enfoncer le clou : « Cela veut dire qu’on pourrait avoir un autre comportement. Est-ce que le contribuable à vocation à participer au financement d’un club de rugby ? Il faudrait peut-être que le modèle soit repensé ». Désormais, Rocky Elsom sait ce qui lui reste à faire. Enchaîner les victoires pour que le Racing retrouve ses couleurs d’antan. R.F.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?