Montpellier un triomphe sans éclat

  • Montpellier un triomphe sans éclat
    Montpellier un triomphe sans éclat
Publié le , mis à jour

Attendus au tournant, les Montpelliérains de Jake White triomphent d’Oyonnax sans briller, mais avec le bonus offensif à la clé. Malgré l’absence de douze joueurs, internationaux ou recrues toujours pas arrivées dans l’Hérault. Une victoire poussive, qui leur permet tout de même de prendre cinq points et de vaincre leur malédiction. Après cinq premières journées de Top 14 perdues en cinq ans… En tête à la pause, les Oyonnaxiens repartent de l’Altrad Stadium bredouilles et peuvent nourrir beaucoup des regrets.

RÉSUME

Dès l’entame, Montpellier inquiète sur son point faible actuel, la mêlée. Bees Roux est sanctionné à deux reprises et Oyonnax mène 6 à 0 au bout d’un quart d’heure grâce à la botte de son redoutable butteur, Robinson. Les visiteurs, plus agressifs, mieux organisés et plus joueurs, dominent les débats mais tardent à enfoncer le clou malgré des occasions à l’instar d’une percée de Codjo. Avant de relancer les Héraultais suite à un dégagement contré de Cibray proche de sa ligne, qui profite à Wright. Les deux formations tentent de conserver le ballon en misant sur un jeu à une passe peu emballant. Codjo marque un essai tout en puissance et c’est Fall qui lui répond dans la foulée après une longue séquence de jeu. Et puis, plus rien jusqu’à la pause… Ou presque ! En supériorité numérique pour les trois dernières minutes (jaune pour Cibray), les Montpelliérains se séparent sans cesse du ballon. Un manque d’ambition flagrant, gâché par un jeu au pied d’occupation peu précis Quel ennui ! Sifflets avant de rentrer aux vestiaires, les coéquipiers du capitaine Mowen marquent dès la reprise grâce à Mogg mis sur orbite par Fall. Oyonnax continu à afficher de plus belles intentions mais ne conclut pas ses temps forts et ne score que par Robinson. Et le MHR ajoute six points par Lucas, avant de prendre définitivement l’avantage par Smith à la suite d’une percée de Nagusa. Et un groupé pénétrant victorieux de Timani. La stratégie de Montpellier a payé au prix du spectacle. Les Héraultais voulaient garder au maximum le ballon sur le pré, avant d’accélérer une fois leurs adversaires fatigués. Le plan parfait d’une victoire bonifiée sans éclat.

LE FAIT DU MATCH

Fabien Cibray coûte quinze points à son équipe. Le numéro neuf d’« Oyo » fut le grand malheureux de la soirée. Son dégagement contré par Liebenberg à proximité de sa ligne d’en-but amena le premier essai héraultais de Wright. Par la suite, le demi de mêlée écopa d’un carton jaune qui fit très mal à son équipe. En son absence, les joueurs de l’Ain encaissaient une pénalité de Lucas et un second essai de Mogg, peu après la pause. Un match à oublier pour Cibray, qui malgré ses deux faits de jeu meurtriers, réalisa tout de même une performance correcte.

LE PLUS BEL ESSAI

Le seul fait d’arme de Jesse Mogg (44e). L’action part d’une relance plutôt anodine de Timoci Nagusa sur son aile, donnant suite à plusieurs coups de pied infructueux de part et d’autre. Le Fidjien remonte le ballon et cherche le contact à hauteur de la ligne médiane côté droit. Au soutien, les avants du MHR sortent un ballon propre et permettent au jeu de rebondir sur le large. Après trois temps de jeu, le ballon arrive dans les mains de Benjamin Fall qui, face à un premier rideau défensif bien en place sur ses 40 mètres, lit parfaitement la situation et glisse un coup de pied rasant sur l’aile gauche. Mogg suit parfaitement dans un champ profond totalement dégarni et s’en va aplatir sans aucune opposition. On ne retiendra que cet essai pour l’international australien, en grande difficulté samedi.

L’HOMME DU MATCH

Benjamin Fall. Auteur d’un essai, son troisième en deux matchs (avec Pau), l’ailier signe un retour de blessure gagnant. Il fut également décisif sur la réalisation de Mogg. Sécurisant sous les ballons hauts, incisif dans ses prises de balles, il fut l’un des seuls Héraultais à afficher une réelle envie de jouer, avec Timoci Nagusa. Les deux hommes s’imposent comme les deux impact player d’un Montpellier bien terne.

LA FICHE TECHNIQUE

À Montpellier – Samedi 18h30 – 9850 spectateurs

Arbitre : M. Cardona (Poitou-Charentes)

Évolution du score : 0-3, 0-6, 5-6, 5-13, 10-13, 10-16, 13-16 (M.T) ; 20-16, 20-19, 23-19, 30-19, 35-19

MONTPELLIER : 5E Wright (17e), Fall (28e), Mogg (44e), Smith (72e), Timani (77e) ; 2T Lucas (44e, 72e) ; 3P Lucas (38e, 53e, 69e)

Non entré en jeu : 21. Perraux

OYONNAX : 1E Codjo (23e) ; 1T Robinson (24e) 3P Robinson (7e, 16e, 32e)

Carton jaune : Cibray (37e)

MONTPELLIER : 15. Mogg ; 14. Nagusa, 13. Smith, 12. Tuitavake, 11. Fall (22. O’Connor, 63e) ; 10. Lucas, 9. Paillaugue (20. Wright, 15e) ; 7. Mowen (cap.), 8. Galletier, 6. Liebenberg (18. Tchale-Watchou, 49e), ; 5. Willemse (19. Timani, 73e), 4. Battut ; 3. Roux (23. Cilliers, 49e), 2. Burden (16. Géli, 22e), 1. Van der Merwe (17. Watremez, 61e)

OYONNAX : 15. Denos (cap.) ; 14. Codjo (22. Martin, 69e), 13. Taufa, 12. Sheridan, 11. Tian ; 10. Robinson (21. Lespinas, 73e), 9. Cibray (20. Weepu, 73e) ; 7. Missoup, 8. Faure, 6. Gunther (19. Wannenburg, 75e) ; 5. De Marco (18. Metz, 58e), 4. Robson ; 3. Guillamon (23. Rapant, 50e), 2. Bordes (16. Jenneker, 50e), 1. Delboulbès (17. Clerc, 50e).

LES MEILLEURS

A Montpellier : Fall, Nagusa, Willemse, Mowen ; à Oyonnax : Codjo, Robinson, Faure

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?