Les Bleus sur la bonne voie

  • Les Bleus sur la bonne voie
    Les Bleus sur la bonne voie
Publié le , mis à jour

Victorieux face à l’Angleterre, les hommes de Philippe Saint-André sont apparus conquérants devant et combatifs dans la difficulté. De quoi rassurer à moins d’un mois du Mondial.

LE MATCH

Les Bleus ont dominé leurs ennemis préférés de la tête et des épaules au Stade de France. Après le faux départ de Twickenham, ils ont cette fois réalisé une entame maîtrisée. Dès les premières minutes, les hommes de Philippe Saint-André prennent l’ascendant grâce à la puissance de leur paquet d’avants. Solides en mêlée et organisés dans le jeu au près, les hôtes du soir poussent les Anglais, transparents pour l’occasion, à multiplier les fautes. Frédéric Michalak se charge de la sentence avec cinq pénalités lors du premier acte. Au terme de quarante minutes maîtrisées mais frustrantes, les Français accélèrent. Yoann Huget, idéalement servi par un retour intérieur de son ouvreur, slalome dans la défense adverse et concrétise la suprématie tricolore (47e). À 22-6, les Bleus avaient d’ores et déjà creuse un écart substantiel. Heureusement car les dernières minutes se sont révélées tout particulièrement pénibles et longues.

L’ENSEIGNEMENT

À moins d’un mois du Mondial, le XV de France a enfin trouvé de véritables motifs de satisfaction. Le comportement de son paquet d’avants face à une opposition redoutable est de nature à rassurer. En défense, si les Bleus ont souffert sur la fin, ils ont globalement contenu les Anglais, certes apparus à court de compétition. L’ultime séquence atteste tout particulièrement de la cohésion de ce groupe. À partir de cette victoire honorifique, Pascal Papé et ses hommes pourront travailler sereinement avec une dose de confiance non négligeable.

LA STATISTIQUE

Une semaine après avoir failli dans les airs à Twickenham avec quatre ballons perdus, le XV de France a retrouvé un alignement conquérant. Les Bleus ont su lire les combinaisons adverses avec quatre balles prises à l’alignement adverse. Mention particulière dans ce secteur à Damien Chouly. Ajoutée à la domination en mêlée fermée, cette réussite en touche a grandement contribué à la mainmise tricolore sur les débats. Si leurs lancers ont régulièrement donné lieu à cafouillage, les protégés de Philippe Saint-André ont tout de même réalisé un 100 % sur leurs possessions.

LES SATISFACTIONS

Sur son carnet de notes, Philippe Saint-André aura pu distribuer des bons points. A l’attention de Frédéric Michalak tout d’abord. L’ouvreur a répondu présent dans ses rôles de buteur — avec un 5/6 au pied — et d’animateur – grâce à une gestion propre. Son retour intérieur pour Yoann Huget restera la plus belle inspiration de la soirée. Derrière, le trois-quarts aile toulousain a justement signé une prestation propre et efficace. À ses côtés, Mathieu Bastareaud a su en permanence mettre son équipe dans l’avancée. Devant, Guilhem Guirado a confirmé sa montée en puissance. Damien Chouly s’est imposé comme le stratège des airs au cœur d’une troisième ligne relativement équilibrée. A noter, enfin, la bonne tenue d’Eddy Ben Arous face à la référence Dan Cole.

LA FICHE TECHNIQUE

A Saint-Denis - Stade de France - Samedi 21 heures - 65 000 spectateurs

Arbitre : M. Peyper (AFS)

Evolution du score : 3-0, 6-0, 9-0, 12-0, 12-3, 15-3, 15-6 (mi-temps) ; 22-6, 25-6, 25-13, 25-20 (score final)

FRANCE : 1 E Huget (46e) ; 1T/1, 5P/6 (11e, 16e, 26e, 33e, 66e), 0 DG/1 Michalak ; 1P/1 Spedding (4e)

ANGLETERRE : 2 E Cipriani (71e), Joseph (78e) ; 2T/2, 2P/3 Ford (27e, 37e)

FRANCE : 15. Spedding ; 14. Huget, 13. Bastareaud ( 23. Fickou, 68e), 12. Fofana, 11. Nakaitaci ; 10. Michalak (22. Tales, 70e), 9. Tillous-Borde (21. Kockott, 71e) ; 7. le Roux, 8. Picamoles (20. Nyanga, 57e), 6. Chouly ; 5. Maestri, 4. Papé (cap.) (19. Flanquart, 68e) ; 3. Slimani (18. Atonio, 64e), 2. Guirado (16. Kayser, 57e), 1. Ben Arous (17. Debaty, 57e)

ANGLETERRE : 15. Brown ; 14. Nowell, 13. Joseph, 12. Burrell (23. Twelvetrees, 64e), 11. May (22. Cipriani, 64e) ; 10. Ford, 9. B. Youngs (21. Care, 49e) ; 7. Robshaw (cap.), 8. B. Vunipola,6. Haskell (20. Easter, 55e) ; 5. Lawes, 4. Launchbury (19. Attwood, 55e) ; 3. Cole (18. Wilson, 65e), 2. T. Youngs (16. George, 49e), 1. Marler (17. M. Vunipola, 65e).

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?