Des Aurillacois plus réalistes

  • Des Aurillacois plus réalistes
    Des Aurillacois plus réalistes
Publié le , mis à jour

En s’imposant (25-28) à Biarritz (là où ils n’avaient pas su le faire la saison passée) dès la première journée les Aurillacois se posent en candidats plus que crédibles aux phases finales.

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

Biarritz — Aurillac 25-28

RÉSUMÉ

Avec des essais très rapides de Nouhaillaguet (9e) et de Roussel (16e), les joueurs de Jérémy Davidson ont clairement montré leurs ambitions de venir s’imposer en terres biarrotes. Mais le relâchement perçu en fin de première période aurait pu leur coûter très cher. Il a en tout cas permis aux Biarrots de revenir à égalité (15-15 à la mi-temps). Les Aurillacois prendront ensuite les commandes de la rencontre avec une pénalité de Petitjean (42e) et ne lâcheront plus le score. Pourtant dominés les Cantaliens se montreront plus réalistes. En inscrivant un essai par l’intermédiaire de Cassan (d’un exploit de 50 mètres à la 65e) ils creuseront définitivement l’écart. Dominateurs et pourtant incapables de s’imposer, les Biarrots devront se remobiliser à moins d’une semaine de leur déplacement à Sapiac.

FAIT DU MATCH

Alors menés 18-25 depuis la 65e minute, les Biarrots savent, s’ils ne veulent pas subir leur première désillusion de la saison, qu’ils doivent immédiatement réagir. À la 69è, alors que l’arbitre, lève le bras pour signaler un avantage, le numéro 10 Yohan Le Bourhis choisit de taper une chandelle. Dans le meilleur des cas ça peut emmener un essai, dans le pire ce sera un retour à la faute et donc la possibilité d’inscrire trois points. Tapée à l’entrée des 22 mètres, son ogive atterrit à un mètre de l’en-but cantalien sur Maxime Petitjean qui, à défaut de saisir le ballon, le volleye dans son en-but, à l’endroit exact où se trouve son centre Seremaia Burotu qui (évidemment) ne se prive pas d’aplatir. Le stade explose de joie mais l’arbitre central préfère demander confirmation à son arbitre de touche : l’essai est-il valable ? Est-ce bien l’Aurillacois Petitjean qui a volleyé le ballon où alors c’est un joueur biarrot qui aurait ainsi commis un en-avant ? Son assistant lui confirmera la première version des faits. Essai accordé ! Ce coup de poker aurait pu (aurait dû ?) offrir le match nul aux Basques, mais une énième faute à la 72e, réussie par Maxime Petitjean, viendra crucifier tout un stade.

LE PLUS BEL ESSAI : JEAN-PHILIPPE CASSAN (65e)

Le rugby est un sport collectif mais un exploit individuel fait levé les foules, ce qui s’est encore vérifié cet après-midi. Après un gros travail du numéro 9 Paul Boisset, c’est le nouvel entrant Jean-Philippe Cassan qui hérite du ballon à 50 mètres de l’en-but adverse. Pas en position de surnombre, l’Aurillacois tente sa chance et franchit le premier rideau, en évitant Erik Lund (alors bien fatigué). À la course, il prend de vitesse le demi de mêlée Laurent Magnaval et n’est pas repris, ni par l’arrière Kylan Hamdaoui, ni par l’ailier Nicholas De Luca : essai ! Il permettait ainsi aux Aurillacois de mener 18-25.

HOMME DU MATCH : Flavien Nouhaillaguet

Auteur du premier essai aurillacois, Flavien Nouhaillaguet à très clairement plané au-dessus de cette rencontre. Puissant, l’ancien Grenoblois a avancé à chaque fois qu’il touchait le ballon. Une superbe rampe de lancement pour ses arrières qui jouaient dans un fauteuil après chaque mêlée. On peut également noter la très bonne performance du demi de mêlée Paul Boisset qui a dynamisé le jeu cantalien, en collant au ballon et en alternant parfaitement (jeu au pied, jeu d’avants ou jeu de trois quarts).

LA FICHE TECHNIQUE

À BIARRITZ (Stade Aguilera) — Dimanche 23 août à 14 h 25 — 6178 spectateurs

Arbitre : M. Hourquet (Comité Midi Pyrénées)

Évolution du score : 0-7,0-12, 5-12, 12-12, 15-12, 15-15 (mt), 15-18, 18-18, 18-25, 25-25, 25-28

BIARRITZ OLYMPIQUE : 3 E Clément (21e), Davies (27e), Boruto (69e) ; 2 T Lucu (27e), Le Bourhis (69e) ; 2 P Lucu (33e), Le Bourhis (63e).

AURILLAC : 3 E Nouhaillaguet (9e), Roussel (16e), Cassan (65e) ; 2 T Petitjean (9e, 65e), 3 P Petitjean (36e, 42e, 72e).

BIARRITZ : 15.Hamdahoui ; 14.Davies, 13.Gimenez, 12.Burotu, 11.Giresse (22.De luca MT) ; 10.Le bourhis, 9.Lucu (20.Magnaval 59e) ; 8.Guiry, 7.Fono (19.Donnellan 70e), 6. Usarraga ; 5.Sousa (18.Lourdelet 67e), 4.Lund (cap.) ; 3.Clément (23.Broster 47e), 2.Levi (16.Ruffenach 54e), 1.Cabarry (17.Van staden 54e)

Non entré en jeu : 21.Arrate,

AURILLAC : 15.McPhee ; 14.Valentin (22.Renaud 75e), 13.Lilomaiava (21.Cassan 64e), 12.Kemp (cap.), 11.Gaston (21.Cassan 31è-37è) ; 10.Petitjean, 9.Boisset (20.Nanette 70e) ; 8.Nouhaillaguet, 7.Roussel, 6.Maituku (19.Briatte 52e) ; 5.Granouillet, 4.Hézard (18.Corbex 61e) ; 3.Taukeiaho (23.Alvès 61e), 2.Pélissié (16.Catanzano 54e), 1.Fabro (17.Escur 54e)

LES BUTEURS

A Biarritz : Lucu 1T/2 ; 1P/1 ; Le Bourhis 1P/2 ; 1T/1 ; A Aurillac : Petitjean : 3P/5 ; 2T/3.

LES MEILLEURS

A Biarritz : Lucu, Le Bourhis, Hamdaoui ; A Aurillac : Nouhaillaguet, Boisset, Pélissié, Roussel.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?