Perpignan taille patron

  • Perpignan taille patron
    Perpignan taille patron
Publié le , mis à jour

L’Usap n’a pas manqué son entame. Les Catalans ont copieusement dominé Carcassonne. Vaincus en mêlée, les Audois ont vécu un véritable calvaire à Albert –Domec;

Carcassonne — Perpignan 9-38

Par Didier Navarre

Résumé

Non, le rugby n’est pas une science exacte. Après deux cuisantes défaites en amical face à Colomiers et Lyon, une rentrée différée en championnat de France après l’épisode lillois, bien des observateurs voyaient l’Usap sombrer dans l’antre de Domec d’autant que l’USC avait parfaitement négocié son premier déplacement de la saison à Tarbes (Victoire 23-22). Finalement, ce derby est revenu à l’hôte perpignanais. Un succès amplement mérité et qui ne souffre d’aucune contestation possible. En en premier acte, c’est pour ainsi dire l’Usap qui a eu la mainmise sur le débat. Souverains en mêlée, les Catalans ne se sont pas privés de mettre leurs adversaires à la faute. Dans ce domaine, le buteur usapiste, Jonathan Bousquet s’est fait un plaisir d’enfiler les pénalités comme des perles. Avec sept pénalités réussies sur neuf tentatives, le capital catalan était très flatteur à la pause (28-9). Certes en seconde période, Carcassonne a bénéficié du vent. Malgré, ce précieux allié, l’USC était trop dépourvue. Psychologiquement absents, en souffrance devant l’ampleur du score, les Carcassonnais n’ont trouvé aucune solution pour inquiéter le bloc catalan. En fin de rencontre, le dernier mot est revenu à l’Usap qui s’est fait un plaisir d’enfoncer le clou dans les chairs carcassonnaises.

Le tournant du match

À la dix-huitième minute de jeu, une bagarre générale a éclaté. À l’issue de ce pugilat, le directeur de jeu a exclu le capitaine catalan, David Marty et le jeune troisième ligne audois, Bastien Dupuy. Ce dernier avait remplacé le capitaine Emmanuel Etien blessé à l’entame. En l’espace de vingt minutes, le pack carcassonnais était affaibli et privé de deux défenseurs.

Le plus bel essai

C’est une prouesse individuelle du centre, Lifeimi Mafi. Après une pénalité rapidement jouée à la main par Otto Duvenage, la défense audoise est mise sous pression. Un regroupement se forme, la libération de balle est rapide, positionné en premier relayeur, Lifeimi Mafi se joue des défenseurs adverses pour inscrire l’essai du break (16-6) à la 21e minute.

L’homme du match

La mêlée catalane a pesé dans cette rencontre. Elle a largement contribué à la victoire finale. Celui qui a mis sa formation dans le sens de la marche, c’est l’arrière Jonathan Bousquet. Outre sa réussite dans les coups de pied placés (points), il a été toujours prompt à la relance. Tout au long de la rencontre, il a soulagé son équipe.

La fiche technique

A Carcassonne — Vendredi 19h30 — 6000 personnes.

Arbitre : M.Clave (Armagnac-Bigorre)

Evolution du score : 0-3 ; 0-6 ; 3-6 ; 3-9 ; 6-9 ; 6-14 ; 6-16 ; 6-19 ; 9-19 ; 9-22 ; 9-25 ; 9-28 (MT) 9-31 ; 9-36 ; 9-38.

Carcassonne : 3P Latorre (13e, 19e, 26e)

Carton rouge : Dupuy (19e)

Carton jaunes : Coste (19e), Maurens (34e), Ben Bouhout (50e)

Perpignan : 2E Mafi (21e), de pénalité (66e) ; 2T (21e, 66e), 8 PBousquet (2e, 10e, 14e, 24e, 29e, 35e, 38e, 59e)

Carton rouge : Marty (19e).

Carton jaune : Kulemin (19e)

Carcassonne : 15. Caminati ; 14.Lazzarotto (10. Latorre 71e), 13. Grammatico (22. Matthews 64e), 12. Lima, 11. Brana ; (o) 10. Latorre (21. Gros 55e), (m) 9. Raynaud (20. Domenech 66e) ; 8. Gimeno ; 7. Teyssier (17. Drancourt 52e), 6. Etien (cap) (19. Dupuy 2e) ; 5. Coste (18. Oulaï 55e), 4. Maurens ; 3. Laval (23. Ben Bouhout 60e), 2. Jullien (16. De Carvalho 57e), 1. Lobo. (23. Ben Bouhout 25e, Drancourt 60e)

Perpignan : 15. Bousquet ; 14. Michel, 13. Marty, 12. Mafi, 11. Artru (22. Pujol 71e) ; (o) 10. Belie (21. Torfs 4e), (m) 9. Duvenage (20. Descons 72e) ; 8. Brazzo ; 7. Pérez (cap) (6. Vivalda 69e) ; 6. Vivalda (19. Beaux 53e) ; 5. Kulemin, 4. Charlon ; 3. Cheron (23. Mchedlishvili 62e), 2. Genevois (16. David 66e), 1. Forletta (17. Bécasseau 70e)

Les meilleurs

A Carcassonne : Teyssier, Gimeno, Raynaud. A Perpignan : Forletta, Genevois, Cheron, Vivalda, Duvenage, Mafi, Bousquet.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?