• « Je ne veux surtout pas que les joueurs soient soulagés d’être dans les 31 !
    « Je ne veux surtout pas que les joueurs soient soulagés d’être dans les 31 !
Publié le / Modifié le
Compétitions

« Je ne veux surtout pas que les joueurs soient soulagés d’être dans les 31 !

Depuis ce samedi matin, le sélectionneur du XV de France Philippe Saint-André a retrouvé ses 31 joueurs pour entrer dans la dernière phase de la préparation à la Coupe du monde. Objectif : « affiner le plus possible l’équipe » tout en maintenant une concurrence au sein du groupe.

À quel stade de votre préparation vous situez-vous avant le dernier match de préparation face à l’Écosse ?

Nous avons demandé à Julien de faire en sorte que notre pic de forme s’étende du 19 septembre jusqu’au 31 octobre (rires). Ce n’est plus un pic, c’est plateau. Plus sérieusement, ce qui est important pour nous, c’est de rester dans notre logique de préparation par rapport à ce qu’on a vu sur les deux premiers matchs de préparation. Évidemment, le premier match contre l’Italie est très important pour nous car il marque notre entrée dans la compétition et c’est toujours bien pour la confiance d’être bien physiquement et mentalement.

Est-ce un poids en moins d’avoir enfin annoncé cette liste des 31 joueurs retenus pour le Mondial ?

Ce n’est pas un poids en moins car les règles du jeu étaient bien établies dès le départ. Nous avons vécu une aventure fantastique avec 36 joueurs. Maintenant, je souhaite qu’on se concentre sur les 31 joueurs qui sont présents.

Mais pensez-vous que l’annonce de cette liste va permettre au groupe d’être plus libéré ?

Les joueurs sont des compétiteurs. Et dans le haut niveau, il y a toujours de la concurrence. J’attends de ce groupe, le même état d’esprit, le même investissement et encore plus de précision dans notre jeu, dans nos lancements. Je ne veux surtout pas que les joueurs soient soulagés d’être dans les 31 et que ce soit une fin en soi. Surtout pas. Nous n’avons pas encore commencé la compétition. Ce n’était qu’une première étape vers la compétition.

Pensez-vous travailler cette semaine avec votre équipe type ?

(Il rit). Nous allons travailler avec les 31 joueurs. Nous formerons l’équipe la plus compétitive pour affronter l’Écosse et préparer le match face à l’Italie. La semaine dernière l’Écosse a affronté l’Italie. Les deux équipes se retrouvent aujourd’hui avec quinze changements chez les Écossais. Il n’y a donc pas que l’entraîneur de l’équipe de France ou celui de l’Angleterre qui essaient des joueurs.

Ce dernier match de préparation peut-il donc faire l’objet de nouveaux tests ou souhaitez-vous installer une équipe afin qu’elle acquière plus de repères et de confiance ?

On va installer une philosophie. Mais nous restons français : la performance reste importante. Nous allons essayer d’affiner le plus possible l’équipe pour ce match contre l’Écosse.

Quel est l’état de fraîcheur des joueurs ?

Nous leur avons donné quelques jours de congé bien mérités où ils ont pu profiter de leur famille. Ils ont aussi travaillé car ils avaient des séances à faire durant la semaine. Et depuis ce matin dix heures, les joueurs étaient par groupe pour travailler.

Techniquement, quels seront les axes de travail de la semaine à venir ?

Depuis le 6 juillet, on travaille les attitudes au contact. On a juste envie d’aller plus loin dans notre rugby, d’être plus efficaces, même si nous l’avons été pendant 68 minutes contre les Anglais où nous avons mené 25-6. Mais nous avons à travailler pour mieux gérer la fin de match où nous avons été moins agressifs, moins en place collectivement, ou nous avons moins eu le ballon.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir