Le XV des grands oubliés

  • Le XV des grands oubliés
    Le XV des grands oubliés
Publié le , mis à jour

Ces quinze joueurs ne font pas partie du groupe néo-zélandais. Partout ailleurs, ils feraient pourtant bien des heureux...

En caricaturant à l’extrême, on dirait que ces quinze bannis pourraient, à égalité de préparation avec les autres équipes, remporter la coupe du Monde. À l’arrière, Israel Dagg -titulaire lors de la finale 2011- a beau avoir perdu sa place au profit du polyvalent Ben Smith, il demeure l’un des meilleurs spécialistes au monde. De retour de blessure, il n’a pas été jugé suffisamment prêt par Steve Hansen. Sur l’aile gauche, le félin Charles Piutau -auteur d’un essai magnifique lors de sa dernière visite au Stade de France et en partance pour l’Ulster d’ici quelques semaines- est un puncher incroyable. De l’autre côté, le superbe relanceur Cory Jane, propre sur les ballons hauts et, surtout, détenteur d’un des plus beaux raffuts de la planète, ferait des miracles. Un milieu de terrain composé des dézingueurs George Moala (Blues) et Ryan Crotty (Crusaders) compterait quant à lui quatre-vingt sélections en Ecosse ou en Italie. À l’ouverture, Lima Sopoaga a prouvé lors du dernier Four Nation qu’il était, en termes de jeu d’attaque, le plus doué des ouvreurs néo-zélandais. Est-il moins précis au pied que Dan Carter ou Colin Slade ? C’est en revanche indéniable. À ses côtés, le numéro 9 Andy Ellis -rigoureux, propre sur lui et doté d’un excellent coup de pied dans la boîte- brillerait de mille feux.

Le « petit » Laulala en première ligne

Moins « flashy » que la ligne d’attaque, le paquet d’avants n’en aurait pas moins belle gueule. Le gratteur-récupérateur des Crusaders Matt Todd et le surpuissant Ardie Savea ont ainsi des profils complémentaires et pourraient entourer Brad Shields, le franchisseur des Hurricanes. En deuxième ligne, le titan des Blues Jeremy Thrush est un All Black confirmé (douze sélections) et s’entendrait à merveille avec James broadhurst, le guerrier des Hurricanes, un homme totalement dédié aux tâches obscures. A droite de la mêlée des sans-grade néo-zélandais, Nepo Laulala (1,84m et 116 kg) -lui n’est autre que le petit frère du Racingman Casey- aurait plus de temps de jeu que lors des derniers Four Nation pour prouver qu’il représente l’après Owen Franks. Enfin, le talonneur des Chiefs Hika Elliott et le pilier gauche des Crusaders Joe Moody complèteraient ce XV majeur à potentiel réel… et dont Steve Hansen n’a pourtant pas voulu.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?