Le POC s’ancre à La Rochelle

  • Le POC s’ancre à La Rochelle
    Le POC s’ancre à La Rochelle
Publié le , mis à jour

Fruit d’un rapprochement avec l’ASR signé en mai, le désormais Stade Rochelais – POC’ettes amorce une nouvelle phase de croissance après son titre de champion de France Fédérale et son accession en Armelle Auclair.

« Et votre maillot, il sera de quelle couleur ? » A la terrasse de La Renommée, repaire de supporters rochelais à quelques mètres du Vieux Port, la patronne, Christelle questionne le président des filles de La Pallice, récentes championnes de France en Fédérale. « On jouera désormais en jaune et noir, lui (et nous) répond Alain Coutard. Et notre nom sera Stade Rochelais – POC’ettes. » C’est que la formation portuaire féminine a signé, en mai dernier, une convention avec l’ASR. Un rapprochement accéléré mais pas encouragé par la montée en Armelle Auclair (la deuxième division) acquise par les joueuses maritimes. « Nous avions de bons échanges fréquents et les discussions étaient enclenchées depuis près d’un an, reprend le président. C’est une chance extraordinaire de nous adosser à un club pro. Pour la reconnaissance du rugby féminin et la considération du public, jouer certains matchs à Deflandre sera un summum. » Ce partenariat permettra donc à ses POC’ettes de profiter des infrastructures (comme la salle de musculation), de l’expérience (avec des interventions attendues), ou encore des commissions médicales destinées aux joueurs professionnels. « On espère profiter de leur savoir-faire pour nous guider et progresser en portant leurs couleurs avec honneur », prolonge le vice-président Jean-Louis Chemin, à l’évocation de l’entrée des filles dans le projet 2020 de l’ASR afin d’encourager le haut niveau féminin, vu comme une obligation côté Stade rochelais.

Renforcement à plusieurs niveaux

La formation maintenue en Top 14 soutiendra ainsi le POC à hauteur de 20 000 euros par saison – sans que la formation féminine perde en indépendance. Dans sa recherche de partenaires (pour faire grimper le budget à 200 000 €), le club charentais voit aussi sa tâche facilitée. « Quand on arrive avec la carte visite ASR, forcément ça passe mieux et ils sont plus généreux », illustre Alain Coutard. La croissance du club doit maintenant l’aider dans son objectif de maintien en Armelle Auclair. Tout comme son changement de staff. Après un beau cycle de 3 ans conclu par une saison sans faute jusqu’au titre, Eric Joanny cède ainsi sa place à deux anciens Rochelais, Christophe Larrue et Frédéric Bousseau dès la reprise mardi prochain. À leurs côtés, cinq joueuses renforceront les rangs du POC à la base solide (avec deux équipes jeunes), dont la revenante (de Montpellier) Amandine Hostynek et l’internationale U18 Anaïs Fichera (venue de Gien). « Il nous fallait faire rentrer du sang neuf pour renforcer certains postes ciblés comme pilier, deuxième-ligne et demi de mêlée », complète le président. Afin de pérenniser la discipline dans la cité portuaire, les dirigeants du désormais Stade Rochelais-POC’ettes espèrent maintenant rester à ce niveau – et conserver plus facilement leurs joueuses au passage. En visant d’entrée l’invincibilité à domicile. Avec ces évolutions, ils ont les armes entre leurs mains. Bruno Poussard

Fiche d’identité

Stade Rochelais – POC’ettes

Création : 1921

Licenciés : 100

Budget : 157 000 euros

Palmarès : champion de France de Fédérale (2015), vice champion de France de Fédérale 2 (2012), champion de France à VII (2008).

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?