Toulon : pour l’heure, pas d’affaire de dopage

  • Toulon : pour l’heure, pas d’affaire de dopage
    Toulon : pour l’heure, pas d’affaire de dopage
Publié le , mis à jour

Selon nos confrères de RTL, certains pharmaciens toulonnais sont soupçonnés de distribuer illégalement des produits possiblement dopants aux joueurs Toulonnais. Rien ne permet d’incriminer les joueurs ou le club à cette heure.

L’AFLD (Agence Française de Lutte contre le Dopage) a signalé au procureur de Marseille les pratiques douteuses des pharmaciens toulonnais. Conformément à l’article 40 du code de procédure pénale évoqué par le procureur Marseillais Brice Robin :

« Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. »

Une enquête préliminaire

Le parquet de Marseille a donc logiquement confirmé l’ouverture d’une enquête préliminaire, ajoutant qu’il n’est, à ce jour, en aucun cas question de dopage.

Selon nos sources, les produits concernés ne seraient pas des produits dopants mais des antalgiques délivrés sans ordonnances. Si les joueurs peuvent être inquiétés, c’est surtout les pharmaciens qui risquent de lourdes sanctions dans cette enquête.

Par Pierre-Olivier Chirol

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?