Un dernier pour la route

  • Un dernier pour la route
    Un dernier pour la route
Publié le , mis à jour

Malgré un début de match raté et un scénario catastrophe en raison de la blessure rapide du jeune arrière Robinson, le Racing 92 s’est assuré un troisième succès en quatre rencontres, avant la trêve. Certes, le contenu n’est pas encore au niveau des attentes de Travers et Labit, mais ce nouveau succès, avec de nombreux jeunes est source d’espoir et de confiance.

Racing 92 - Grenoble 23 - 14

Par Arnaud Beurdeley

résumé

Que serait-il advenu si Grenoble avait réussi à conserver la maîtrise et l’intensité affichées durant les 20 premières minutes de la rencontre ? Force est de s’interroger. Un drop (4e) et un essai (9e) (en première main, s’il vous plaît) pour une avance de huit points après moins de dix minutes. Tout semblait rouler pour les joueurs de Fabrice Landreau. Il n’aura fallu qu’un tout petit grain de sable pour enrayer la machine. Un ruck mal engagé, un pression du jeune Chat, talonneur du Racing 92, sur McLeod et un ballon qui atterri dans les bras de Rokocoko pour relancer le Racing (13-11, 25e). Ensuite, les fautes se sont enchaînées côté grenoblois (lire ci-dessous). Au contraire, Machenaud et ses partenaires ont remis la main sur le ballon et concrétisé leurs temps forts, s’offrant une avance confortable (23-14) dès la 53e. Une avance que le FCG a bien tenté de réduire, mais même en squattant durant onze minutes à cinq mètres de la ligne d’en-but francilienne, les Isérois n’ont pas su accrocher un bonus défensif qui n’aurait pas été scandaleux.

Le tournant du match

Mais qu’est ce qui a bien pu passer dans la tête de Jonathan Wisniewski ? Jusqu’à cette 52e minute de la rencontre, l’ouvreur grenoblois avait plutôt bien maîtrisé les débats. A son actif, un drop teinté d’opportunisme pour concrétiser la première incursion de son équipe (4e) dans le camp adverse et une animation plutôt efficace. Mais aussi deux échecs face aux perches. Et puis, ce coup de pied en touche dans un ballon qui traîne alors qu’il se trouve en position de hors-jeu. Sanction immédiate : carton jaune. Le score était alors de 16-14 pour le Racing 92, mais Grenoble n’avait sans doute pas dit son dernier mot. Au lieu de cela, sur l’action suivante, le jeune Chauveau profitait de la supériorité numérique de son équipe pour inscrire l’essai de la victoire (23-14, 53e).

La plus belle action

Juste pour la beauté du geste, personne n’aurait reproché à l’arbitre de la rencontre M. Attalah d’accorder l’essai de Gio Aplon (74e). Et pour cause. Sur cette action, le talonneur Arnaud Héguy, véritable joueur à tout faire, se permettait le luxe de taper un petit coup de pied à suivre, parfaitement dosé, pour son arrière situé en bout de ligne. Pour les béotiens du rugby, c’est comme si Mimi Mathy jouait une James Bond girl. C’est incroyable. Le geste est totalement incongrue pour un talonneur. Mais quel plaisir de voir Héguy avoir cette audace et cette réussite. Las, après un arbitrage vidéo, l’arbitre de la rencontre refusait cet essai pour un léger en-avant.

L’homme du match

Retenez-bien son nom ! Xavier Chauveau est un jeune espoir du Racing 92 que les deux « Lolos » ont décidé d’intégrer au sein de l’effectif professionnel depuis l’inter saison. Évidemment, à son poste, la concurrence est rude. Elle se nomme Maxime Machenaud... Seulement quand l’arrière Robinson s’est blessé dès la 9e minute, Laurent Labit a été contraint de redistribuer les cartes. Dambielle, de l’ouverture à l’arrière ; Machenaud, de la mêlée à l’ouverture. Vous suivez toujours ? Et donc Chauveau, du banc à la mêlée. Jamais le jeune racingman n’avait autant joué sur un seul match en Top 14. Et ce fût une réussite. Un essai solide autour d’un ballon porté (53e), une animation plutôt efficace malgré l’incongruité de la situation, une belle percée qui aurait méritée une meilleure issue (38e) et des attitudes de vieux roublard. L’homme du match, tout simplement.

La fiche technique

A Colombes

Samedi 18h30, Stade Yves-du-Manoir

Arbitre M. Attalah (Franche-Comté).

Spectateurs : 5983

Evolution du score 0-3, 0-8, 3-8, 3-11, 6-11, 11-11, 13-11, 16-11 (MT) 16-14, 21-14, 23-14

Racing 92 2 Rokocoko (28e), Chauveau (53e) ; 3P Machenaud (12e, 18e, 39e), 2T Machenaud (28e, 53e)

Grenoble 1E Battle (9ee) ; 1D Wisniewski (4e) ; 2P Wisniewski (15e, 50e)

Carton jaune Racing 92 : Dubarry (69e), Wisniewski (52e)

Racing-Metro 92 15. Robinson ( 20. Chauveau, 9e) ; 14. Rokocoko, 13. Dussartre (21. Laulala, 60e), 12. Chavancy, 11. Andreu ; 10. Dambielle, 9. Machenaud ; 7. Dubarry, 8. Masoe (19. Claassen, 67e), 6. Lauret ( 22. Barba , 80e) ; 5. F. Van der Merwe (18. Kruger, 67e), 4. Carizza; 3. Ducalcon (23. Gomes Sa., 58e, puis 3. Ducalcon), 2. Chat (16. A. Van Der Merwe, 58e), 1. Khinchagichvili ( 17. Brugnaut, 58e)

Grenoble 15. Aplon (21. Gengenbacher, 78e) ; 14. Mignot, 13. Estebanez, 12. Hunt (22. C. Farrell, 74e), 11. Batlle ; 10. Wisniewski, 9. McLeod (20. Loustalot , 74e) ; 7. Best, 8. Grice, 6. Setephano (19. Kimlin, 54e) – 5. Roodt (18. Marie, 60e), 4. Hand (cap.) – 3. Edwards (23. Desmaison, 53e), 2. Héguy (16. Hegarty, 78e), 1. Coulson.

Non entré en jeu 17. DeKlerk

Les meilleurs

Au Racing : Chauveau, Lauret, Masoe, Chat, Machenaud

A Grenoble : McLeod, Batlle, Aplon, Héguy,

Les buteurs

Machenaud : P3/3, T2/2

Wisniewski : P 2/3, T0/1, D1/1

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?