• La France a pris ses marques
    La France a pris ses marques
Publié le / Modifié le
Compétitions

La France a pris ses marques

Les Bleus se sont installés samedi à Croydon, au sud de Londres, dans un ancien et luxueux hôtel.

Depuis samedi, aux alentours de 16h30, les hommes de Philippe Saint-André ont pris leurs quartiers au Selsdon Park Hotel and Golf, situé à Croydon. Au cœur d’un golf et de la campagne de la banlieue sud de Londres. Surtout, en plein milieu de la tranquillité ambiante. « Je suis désolé pour les joueurs mais ce n’est pas pratique pour le shopping », s’en amuse le sélectionneur. Même si son capitaine Thierry Dusautoir a relevé quelques mouvements inédits déjà : « A Marcoussis, il n’y avait pas autant de monde pour la première conférence de presse. On est passé à autre chose mais dans un écrin particulier. » Un magnifique et immense manoir, qui n’a toutefois pas séduit le pilier Uini Atonio, qui lâche dans un large sourire : « ça fait un peu ancien ici. Moi, j’aime le moderne et les douches italiennes. Je préfère les hôtels Ibis. Et les lavabos sont super bas, c’est bizarre. Mais bon, ça devait être le style de l’époque. » Pascal Papé, lui, est moins difficile : « Tant que la literie est bonne et qu’on arrive à se nourrir, c’est le principal. »

Tillous-Borde : «On a compris que ça débutait»

Surtout, depuis ce week-end, les joueurs français ont l’impression d’avoir lancé définitivement leur aventure. « Rien que de prendre cet avion et d’atterrir à Londres, on a compris que ça débutait, avoue Tillous-Borde. Je me suis dit : « ça y est, c’est le moment, on entre dans la Coupe du monde. » Et on l’a senti car on a vraiment pu en parler entre nous. Ça décomplexe et ça fait du bien. » Surtout que lui et ses coéquipiers étaient particulièrement impatients de s’envoler vers la capitale anglaise. « Cela fait un certain temps qu’on attend d’être ici, souligne Dusautoir. La semaine dernière a été un peu longue et il nous tardait d’arriver à Londres. » Tillous-Borde ajoute : « Depuis l’annonce des 31, on est impatients d’entrer dans la compétition. Encore plus depuis le match contre l’Ecosse. Là, c’est bon, on a enfin basculé. » Surtout depuis que les Bleus ont découvert leur terrain d’entraînement ce dimanche pour leur première séance collective. La première du Mondial. ​

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir