«Je garde toute ma confiance au Japon»

  • «Je garde toute ma confiance au Japon»
    «Je garde toute ma confiance au Japon»
Publié le , mis à jour

«Juste sur la Coupe du monde, pas autre chose.» Bernard Lapasset, président de World Rugby, s’est exprimé, ce mardi, sur les enjeux du Mondial et sur le cas japonais, au terme de la conférence de presse de présentation de la compétition, tenue à Twickenham.

Cette Coupe du monde peut-elle, d’ores et déjà, de par les ventes de billet, être considérée comme une réussite ?

Oui, il est annoncé partout que les records de la France, établis en 2007, vont être battus. Il va y avoir une augmentation des revenus en tous genres et des produits financiers ce qui va permettre de financer notre croissance par la suite. Je suis content d’avoir aidé à développer ce tournoi sur les dernières années. Un gros travail a été réalisé en amont au niveau de la promotion et du développement du rugby à travers le monde. La Coupe du monde est devenue une grande compétition internationale.

Pour que cette huitième édition devienne mémorable, on attend aussi du spectacle sur le terrain… Croyez-vous que cela soit possible ?

Il n’y a jamais eu de Mondial avec beaucoup d’essais. Souvent, les matchs sont serrés, surtout lors des phases finales. J’espère que les équipes vont délivrer leur énergie cette fois. Le rugby est avant tout un sport de passion et de créativité. Les gens viennent pour voir du spectacle et ont besoin d’émotions. C’est dans l’ADN de notre discipline, il faut le retrouver.

Les arbitres auront un rôle central à ce sujet. Vous devez justement les rencontrer ce mardi. Qu’allez-vous leur dire ?

Il y a besoin de discuter et de travailler ensemble pour trouver le bon équilibre dans la manière de siffler et pour définir quelles sont les priorités. Il faut avant tout de la continuité dans l’arbitrage. Je vais aussi leur délivrer un message de confiance. Il y a eu quelques difficultés dans le passé mais cette confiance est toujours présente. Tous les arbitres présents le sont par leur classement mondial. Ils ont la légitimité pour être là.

Un petit mot sur l’équipe de France ?

Je lui souhaite beaucoup de chance. J’ai beaucoup d’espoir en elle. Il y a eu quelques discussions sur l’endroit que les Français occupent quant à savoir si c’était la meilleure place. Mais Bleus ont choisi leur hôtel et sont bien installés.

Où en êtes-vous des discussions avec le Japon pour l’édition 2019, en suspens du fait du retard du construction du grand stade de Tokyo ?

Je garde une grande confiance envers le Japon. Nous continuons à travailler avec la Fédération japonaise et je suis sûr que ça va continuer dans le bon sens. Des réunions sont prévues cette semaine et lors de la prochaine. Il n’y a en tout cas pas de plan B d’envisagé de notre part pour éventuellement remplacer le Japon.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?