• Les Bleus face à eux-mêmes
    Les Bleus face à eux-mêmes
Publié le / Modifié le
Compétitions

Les Bleus face à eux-mêmes

Favoris désignés de leur match d’ouverture face à l’Italie, les joueurs du XV de France ont adopté une posture de communication logique, en assurant vouloir se concentrer sur eux plutôt que de tenir compte des difficultés actuelles de la Squaddra azzurra.

Sans leur leader et inspirateur Sergio Parisse, les Italiens peuvent-ils prendre la revanche du cinglant 29-0 infligé par les Bleus à Rome lors du dernier Tournoi ? C’est la question qui, évidemment, brûle les lèvres de tous les observateurs. Un débat dans lequel les Bleus ont évidemment choisi le camp le plus facile, afin de demeurer sur leurs gardes. « Les Italiens n’ont pas oublié ce match, explique le pilier Rabah Slimani. Ils ont été piqués par cette lourde défaite chez eux, et vont essayer de nous faire payer cette victoire. » « Lors de leur dernier match contre le Pays de Galles, ils ont très bien joué, se sont avérés très bons dans les duels, agressifs dans les rucks. Pour nous, c’est le premier vrai gros match. » Un faux huitième de finale, ainsi que le présente à peu près tout le monde sur la planète ovale ? Afin de ne pas accentuer la forte pression pesant déjà sur leurs épaules en raison de leur statut de favoris, les Bleus préfèrent ne pas en rajouter. « Éliminer un concurrent en gagnant, c’est trop tôt pour le dire… glissait Louis Picamoles Ce que l’on souhaite, c’est simplement entrer dans la compétition en validant le travail effectué durant la préparation. »

Saint-André : « Ils ont perdu Parisse, nous avons perdu Fofana »

Une entrée qui passe, à n’en pas douter, par les mêmes ficelles que celles déroulées à Rome au printemps. « La défense, et surtout la conquête, énumère Eddy Ben Arous. On les avait dominés sur ces bases. Ils vont venir animés de cet esprit de revanche, on doit s’attendre à un très gros combat. » « Même si on se concentre sur nous, on a bien sûr regardé les points forts cette équipe que l’on connaît quasiment par cœur, prolongeait Picamoles. On s’attend à un match très difficile sur la conquête et le combat au sol. On a montré de belles choses dans ces secteurs durant les matchs de préparation, alors il ne faudra pas passer à côté. Ce n’est qu’en nous montrant forts là-dessus que nous pourrons nous concentrer sur notre jeu. » Les Bleus souhaitant, définitivement, penser à eux plutôt que de se soucier des mésaventures de leurs adversaires. « Ils ont perdu Parisse, nous avons perdu Fofana. Cela fait un partout, balle au centre », souriait le sélectionneur Philippe Saint-André au sujet du forfait du numéro 8 de la Squaddra azzurra, tandis que son vis-à-vis Louis Picamoles assurait « que chaque équipe a ses problèmes. On connaît la qualité du joueur qu’est Sergio Parisse, ainsi que son importance avec l’Italie. Mais ce qui nous préoccupe, c’est nous. » Un discours taillé sur mesure pour se garder de tout excès de confiance. Restera à le mettre en œuvre sur le terrain…

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir