• Le trouble-fête
    Le trouble-fête
Publié le / Modifié le
Super Rugby

Le trouble-fête

: Depuis qu’elle a intégré les Four Nation en 2012, l’Argentine est en constante progression. Les Pumas peuvent-ils déjouer les pronostics ?

Hier, Lawrence Dallaglio dressait dans le London Times la liste des favoris au Mondial anglais. Si on y retrouvait bien évidemment l’Angleterre, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, le quatrième invité de l’inventaire dressé par l’ancien numéro 8 anglais n’était autre que l’Argentine, en nette amélioration depuis deux saisons. Daniel Hourcade, le sélectionneur des Pumas, analyse : « En trois ans de participation aux Four Nation, nous avons réalisé d’énormes progrès dans le jeu courant, la discipline et l’alternance. Je nous compare volontiers à un enfant qui a d’abord appris à marcher, avant de se mettre à courir. Nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements. Mais nous avançons. »

Si les Pumas restent toujours aussi forts dans le combat d’avants, ils sont aujourd’hui bien plus complets qu’ils ne le furent en 2007 ou en 2011. Hourcade poursuit : « La mêlée est notre drapeau national, quelque chose auquel nous ne renoncerons jamais. Mais je ne vous cacherai pas qu’aujourd’hui, nous ne l’utilisons plus comme avant : une bonne mêlée au service d’un lancement de jeu propre, pas pour emporter l’adversaire dans son propre en-but. Pour les Pumas, la mêlée n’est plus une arme exclusive. »

Décomplexés, libérés, les coéquipiers de Juan-Martin Fernandez-Lobbe, vainqueurs en Afrique du Sud lors des derniers Four Nation (26 à 12), ne font aujourd’hui plus le moindre complexe. En témoigne la dernière sortie du patron sportif argentin : « Il n’y a pas d’équipe invincible. Je vais vous dire pourquoi : sur un terrain de rugby, il y a trois zones à couvrir. Quand vous appuyez votre défense sur l’une d’entre-elles, vous découvrez nécessairement les deux autres. Toutes les équipes ont une faiblesse. Si tu visionnes un match des All Blacks, tu trouveras aussi une zone à exploiter. Encore faut-il y mettre suffisamment de vitesse et de conviction… » Alors qu’ils débuteront le Mondial dimanche soir à Wembley, face aux tenants du titre néo-zélandais, les Pumas sont particulièrement confiants. Vamos ?

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir