Les quatre joueurs clés

  • Les quatre joueurs clés
    Les quatre joueurs clés
Publié le , mis à jour

Le duel franco-italien devrait être acharné et étriqué. Nous avons identifié quatre individualités qui auront un rôle prépondérant, côté tricolore, dans le déroulement et le dénouement de la rencontre.

Par Vincent Bissonnet, envoyé spécial

Eddy Ben Arous

« Il y a à la fois l’envie de bien faire et la peur de mal faire. » Ainsi parlait Eddy Ben Arous à quarante-huit heures de sa grande première en Coupe du monde. Le pilier gauche devra répondre présent dans deux secteurs déterminants de cette confrontation : en mêlée, face au roublard Martin Castrogiovanni, et dans les rucks, une des zones de prédilection des Italiens. Face aux Anglais et Dan Cole, le Racingman avait affiché une belle résistance dans l’épreuve de force. Et grâce à son dynamisme et à sa réactivité, il s’était imposé comme le meilleur gratteur français du Tournoi. S’il tient toutes ses promesses, Eddy Ben Arous peut devenir un atout de « poids » pour les Bleus dans cette partie.

Louis Picamoles

Principale satisfaction des rencontres de préparation, Louis Picamoles s’était préparé à un duel de très haut niveau avec Sergio Parisse. Le troisième ligne italien forfait, le Toulousain, finalement opposé au puissant Samuela Vunisa, n’en reste pas moins au centre des attentions. Il est attendu comme le fer de lance de l’équipe et sa machine à avancer. Ses percussions doivent user et marquer physiquement les Transalpins et leur défense acharnée au près. Le numéro 8 devra aussi se montrer propre sur les fondamentaux de son poste, à savoir les sorties de mêlée et les ballons aériens. L’heure de son avènement a sonné.

Sébastien Tillous-Borde

La carrière internationale du Toulonnais est marquée par un paradoxe : sans jamais démériter, le demi de mêlée n’a pas encore pleinement convaincu. Face à l’Italie, Sébastien Tillous-Borde devra trouver le juste milieu entre rameuter ses « gros » — pour marquer l’adversaire, avancer au près et fixer la défense — et solliciter à bon escient sa ligne de trois-quarts, quand des décalages et des espaces se créeront. Morgan Parra excelle tout particulièrement dans cette capacité à tirer la quintessence de son paquet d’avants. Quatrième troisième ligne de par son physique, le Béarnais devra s’inspirer de son suppléant pour mettre stratégiquement le XV de France sur la bonne voie.

Alexandre Dumoulin

Les Bleus démarreront leur Mondial sans le meilleur marqueur d’essais de l’ère Saint-André, Wesley Fofana. Le Clermontois est remplacé par Alexandre Dumoulin. La révélation de la tournée de novembre 2014 n’a cessé, depuis, d’enchaîner les apparitions décevantes. Si la ligne de trois-quarts pourrait être sevrée de ballons, le Racingman, positionné en premier centre en attaque, devra se montrer propre et juste techniquement sur la moindre intervention pour donner du liant au jeu de ligne. Son comportement en défense — il glissera alors en position de second centre, une nouveauté pour lui – constitue une des inconnues de la rencontre côté français. Et une possible faille à exploiter pour Jacques Brunel et les Italiens.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?