Les Coupes du monde, théâtres d’essais mythiques

  • Les Coupes du monde, théâtres d’essais mythiques
    Les Coupes du monde, théâtres d’essais mythiques
Publié le , mis à jour

En guise d’amuse-bouche, le World Rugby a publié une vidéo présentant vingt actions remarquables de l’histoire des Coupes du monde de rugby. Elle n’est bien évidemment pas exhaustive mais certains essais présentés restent tout de même mythiques.

C’est une entreprise toujours périlleuse que de faire le florilège des plus beaux essais et des plus beaux moments de l’Histoire du rugby. Si la vidéo qui suit ne rappelle pas par exemple l’essai de Serge Blanco en 1987 contre les Australiens, tout comme celui de John Kirwan contre les Italiens la même année ou encore ceux de David Campese durant la Coupe du monde 1991, le World Rugby s’est quand même attelé à retraverser les six Coupes du monde qui se sont déroulées afin de mettre en exergue et se rappeler, ou découvrir pour les plus jeunes et les béotiens, des instants mythiques.

Cinq essais d’anthologie parmi tant d’autres

1. Il est souvent placé dans les essais les plus beaux. Il participe aussi de la mythification de Jonah Lomu. Cet essai marqué en 1995 face aux Anglais en demi-finale, marque encore les esprits. Jonah Lomu démontra sur cette action l’alliance redoutable entre sa puissance et sa capacité d’accélération exceptionnelle. Ralenti au début par une passe dans le dos, il réussit à récupérer le ballon, accélérer et déborder, et déposa Tony Underwood ainsi que le grand Will Carling. Ensuite, malgré le fait qu’il ait trébuché à l’entrée des 22m, grâce à sa puissance, il parvint à poser l’arrière anglais, Mike Catt, sur son séant avant d’aller aplatir.

2. Le World Rugby n’a pas oublié de mettre en lumière l’essai de Christophe Dominici en demi finale en 1999 face aux Néo-Zélandais. Faisant partie intégrante de la myhtologie du rugby français et des rencontres Nouvelle-Zélande – France, cet essai marqué par l’ailier français suite à un coup de pied dans la boîte frappé par Fabien Galthié derrière un ruck, est le symbole de la victoire française ce jour-là. En effet, les essais de Titou Lamaison et de Bernat-Salles n’étaient pas moins beaux, mais celui de Dominici a permis aux Français de prendre les rênes du match et de prendre un ascendant psychologique sur l’ogre Néo-Zélandais.

3. L’essai de l’Irlandais Gordon Hamilton, troisième ligne (numéro 7) en quart de finale en 1991 face à l’Australie n’est pas souvent mis à l’honneur. Il mérite pourtant d’être salué tant pour sa qualité que pour le symbole qu’il représente puisqu’il fut marqué dans un stade Landsdowne Road plein à craquer. Il permit aux Irlandais de prendre l’avantage peu avant le fin du match. Mais les Australiens marquèrent ensuite par l’intermédiaire de Campese. Les Diables verts s’inclinèrent d’un point (18 — 19).

4. Il est certain que l’essai des Gallois, inscrit par l’intermédiaire de Stephen Jones, en quart de finale en 2003 face aux Anglais devait faire partie de cette sélection. L’ouvreur gallois avait profité du merveilleux travail de son ailier feu-follet, Shane Williams. Il n’avait toutefois pas empêché les Anglais de remporter ce quart de finale et de devenir champions du monde quelques jours plus tard.

5. Enfin, on ne pouvait pas oublier celui qui fut sûrement le plus bel essai de la Coupe du monde 2007. Marqué par Takudzwa Ngwenya contre l’Afrique du Sud en 2007, l’ailier biarrot s’était permis de laisser Bryan Habana sur place. De surcroît, il était survenu après une belle remontée de terrain de la part des Etats-Uniens, puisqu’ils étaient partis de leur en-but.

Le World Rugby taquin avec la France ?

Il serait un brin paranoïaque de croire que cela est fait exprès mais juste après l’essai de Lomu, c’est bien l’essai des Tonguiens marqué lors de leur victoire historique contre les Français en 2011. Grâce à une superbe passe au pied de Kurt Morath déposé dans l’angle mort, Hufanga a pu aller applatir malgré la molle défense de Julien Bonnaire en bout de ligne. On pourra aussi se délecter de l’essai inscrit par Federico Martin Aramburu en 2007, lors du match pour la 3e place contre… la France. M. L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?