Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine

  • Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
    Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
  • Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
    Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
  • Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
    Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
  • Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
    Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
  • Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
    Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
  • Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
    Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
  • Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
    Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
  • Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
    Ambiance : c’est Twickenham-sur-Seine
Publié le , mis à jour

Dès le match d’ouverture entre l’Angleterre et les Fidji, les supporters bleus ont marqué leur territoire en entonnant une Marseillaise savamment conspuée par les fans du XV de la Rose. La confirmation de cette tendance est attendue à Twickenham, qui attend 25000 Français...

La faute à un individu ayant choisi de risquer sa vie pour un verre de bière, la gare de Twickenham avait été bloquée vendredi soir, aux environs de 23 heures, entraînant une pagaille monstre. Chat échaudé craignant l’eau froide, c’est en prévision de pareils problèmes que la foule s’était massée très tôt samedi à Twickenham, désireuse d’être certaine d’assister à la rencontre. Atmosphère particulière évidemment ressentie par Brice, ressortissant de Bourg-en-Bresse. « Hier, nous avons marché plus d’une heure jusqu’à la gare de Richmond, où nous avons été parqués comme des veaux en attendant de pouvoir prendre un train, car toute la gare était engorgée. Il y a eu des bagarres avec des officiers de sécurité chargés de filtrer les gens pour l’accès aux quais... C’était assez rock and roll. Et puis, je vous passerai les détails, mais nous avons voyagé serrés comme des anchois, avec à côté de nous une dame de cinquante ans qui sentait le vomi à dix mètres... Bienvenue en Angleterre ! Quand on a connu ça, on devient vite agoraphobe... C’est pourquoi nous avons voulu arriver avec un peu d’avance. Et pour ce soir... Advienne que pourra ! Quoi qu’il arrive, on l’acceptera un peu mieux si la victoire est au rendez-vous. Ce qui est sûr, c’est que l’ambiance le sera. »

25000 Français en tribunes

Paroles en l’air ? Pas sûr ! Au vrai – même si les images montrées par TF1 ont très nettement amplifié le phénomène – les supporters français ont d’ores et déjà marqué leur territoire lors du match d’ouverture, entonnant une retentissante Marseillaise durant un des multiples temps morts de ce match entre Angleterre et Fidji. De quoi nourrir, d’ores et déjà, les sifflets d’un public local plus que jamais adepte du French bashing. Mais aussi de souder, l’air de rien, les joueurs tricolores. « Devant la télé, c’était énorme de les entendre chanter, nous confirmait par texto un des joueurs du XV de France. C’est toujours bon de se sentir soutenu, qui plus est lorsque le terrain est hostile. On a envie de se donner pour ces gens-là, qui ont tous payé très cher leur billet. » « La Marseillaise, je l’ai chantée hier, et je la rechanterai ce soir ! avançait Gaël, peluche de pélican (sic) à la main à défaut du traditionnel coq. Comme tout le monde, je n’ai pas été convaincu par les dernières saisons des Bleus. Mais c’est notre équipe, et on doit la soutenir ! La qualification pour les quarts de finale passe par une victoire face à l’Italie, et nous n’avons pas le droit de perdre le match des tribunes. » Au vrai, à une heure du coup d’envoi et au vu du nombre de drapeaux tricolores donnant au Temple un air de Twickenham-sur-Seine, on n’imagine pas comment cela pourrait être le cas. Avec 25 000 supporters tricolores présents en tribunes, probablement un record, on imagine mal les chœurs bleus se faire submerger par les tifosi. À moins de voir les Anglais se ranger dans le camp des Italiens, bien sûr. Et encore...

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?