XV de France : la pression monte...

  • XV de France : la pression monte...
    XV de France : la pression monte...
Publié le , mis à jour

Le XV de France n’a pas bouleversé ses habitudes ce samedi pour aborder ce match test contre l’Italie avec un maximum de repères et de confiance.

Le jour J est arrivé. Depuis trois ans et demi, les Bleus attendaient avec impatience ce moment décisif : le lancement de leur Coupe du monde, le juge de paix de leur odyssée. Philippe Saint-André et ses hommes se sont pourtant évertués à ne pas bouleverser leur traditionnelle routine pour éviter de rajouter de la pression à l’événement. «Le risque est de perdre le match avant de l’avoir joué», avait prévenu le sélectionneur dans la semaine. Après une matinée libre, permettant à chacun de gérer la pression comme il l’entend, Thierry Dusautoir et ses partenaires se sont réunis pour la balade du capitaine, aux abords du Marriott Heathrow Windsor, en début d’après-midi. L’occasion de tenir la première causerie d’avant-match pour le troisième ligne toulousain, au charisme éprouvé et au verbe concis mais concret. Le groupe a ensuite pris la collation habituelle à quatre heures du coup d’envoi avant de charger les sacs dans le bus pour le grand départ. Attendus par des centaines de supporters aux abords du stade, les Bleus sont arrivés vers 18h30 heures locales à Twickenham.

Portables interdits

Car l’avant-match avait commencé depuis longtemps pour une majeure partie des 20 000 supporters français annoncés dans les travées du temple du rugby anglais. Après avoir foulé en survêtements de sport la pelouse, les Bleus entameront leur préparation mentale dans le vestiaire traditionnel des joueurs du XV de la Rose. Chacun mettra alors sa mécanique en route, entre petites manies et superstitions sempiternelles, techniques d’étirement, strappings et massages. La législation en vigueur sur l’utilisation des portables -ils sont prohibés cinquantes minutes avant le coup d’envoi- viendra tout juste bouleverser les repères habituels. «Ceux qui veulent écouter de la musique ont dû acheter des I Pod», expliquait ainsi en début de semaine Mathieu Bastareaud. L’échauffement collectif et la répétition des buteurs suivront. Avant les grands débuts. «Une fois sur le terrain, je sais que le cœur battra très fort», se projetait le centre toulonnais. L’ultime frisson avant le départ d’une grandiose aventure.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?