Festuccia encense Michalak et Spedding

  • Festuccia encense Michalak et Spedding
    Festuccia encense Michalak et Spedding
Publié le , mis à jour

L’ancien talonneur italien analyse les causes de la victoire des Bleus, logique selon lui. L’italie était top indisciplinée pour rivaliser. La classe de Michalak a fait le reste.

Carlo Festuccia ancien talonneur de l’équipe d’Italie (54 sélections) et du Racing assistait à ce France-Italie. Il ne remettait pas en cause la victoire des Bleus évidemment. « J’ai quand même trouvé que l’Italie avait fait une assez bonne première mi-temps. Je pensais à ce moment-là qu’il serait plus équilibré, mais à la reprise, les Français ont haussé leur niveau de jeu. Je ne sais pas ce qu’on leur a dit dans les vestiaires mais ça a porté ses fruits et les Italiens ont perdu leur défense, un secteur qui avait bien marché jusque-là même si les Français les ont poussés à la faute, surtout parce que les soutiens italiens arrivaient trop tard sur les rucks. Un vrai défaut qui coûte cher. »

Pour lui, le facteur décisif qui a fait penché la balance n’est pas dur à trouver. « Frédéric Michalak a fait la différence par son jeu au pied, sur les pénalités, il n’a pas été parfait mais dans le jeu au pied tactique, je l’ai trouvé plutôt efficace, comme l’a prouvé sa passe au pied pour Slimani. J’ai aussi bien aimé le match de Spedding, il a toujours avancé. » Est il optimiste pour l’avenir des Bleus ? « Avec les Français, on ne sait jamais. Ils peuvent être très différents d’un match à l’autre. Mais je les ai trouvé plutôt bon sur les phases statiques, ils n’ont perdu qu’un seul ballon en touche et en mêlée, ils ont fait du bon travail. Ben Arous a pris le dessus sur Castrogiovanni, ce fut très net. Après, j’ai trouvé leurs trois quarts plutôt en forme, même s’ils ont parfois trop joué. Ils ont ouvert le jeu alors que ça ne s’imposait pas et ça a donné des actions parfois un peu désordonnées. C’est le bémol que je mets à la performance de ces Français qui ont pris une option sur la qualification, c’est sûr. » On le sent modérément optimiste sur les chances de son ancienne équipe. « Evidemment, nous dépendons beaucoup du retour de Sergio Parisse. Je n’ai pas d’informations précises, mais je sais que le staff fait tout pour le récupérer pour le second match contre le Canada. »

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?