Que disaient ceux qui étaient contre ?

  • Que disaient ceux qui étaient contre ?
    Que disaient ceux qui étaient contre ?
Publié le , mis à jour

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, en 1985 tout le monde n’est pas favorable à la création d’une compétition opposant les meilleures équipes du globe. Au sein même de l’International Board, des voix s’élèvent contre le projet, notamment celle de l’influent Irlandais Henry McKibbin.

En mars 1985, lorsque Harry McKibbin se confie au Midi Olympique, il fait déjà partie des meubles de l’International Board. Il y siège depuis 1968, sans pour autant être d’accord sur la tournure que s’apprête à prendre l’institution du rugby. À la question : « Que pensez-vous du projet de la Coupe du monde ? » McKibbin répond sans détour : « J’y suis personnellement opposé. » La réponse franche d’un homme sans concession. Capé avec l’Irlande et les Lions britanniques avant guerre, McKibbin est aussi un militaire qui a connu le combat en extrême orient. Ce grand conservateur, défenseur acharné de l’amateurisme dans le rugby considérait la Coupe du monde comme la voie royale vers le professionnalisme : « Déjà aujourd’hui les joueurs subissent de plus en plus de pression avec le tournoi, les tournées, le championnat, la coupe etc... Il s’agit alors soit de gens qui travaillent et qu’il faudra bien payer selon le principe du manque à gagner que nous n’admettrons jamais, soit des étudiants comme ici en Irlande, qui perdent déjà trop de journées pour garder leurs places dans les universités et qui ne s’en sortiraient plus si vous leur proposez en plus un Coupe du monde ». Francophile averti, amoureux d’Arcachon et Saint-Jean-de-Luz, McKibbin avait bien conscience de la portée de ses propos. Il en serait presque devenu intimidant au moment d’évoquer la quasi certitude de la création de cette compétition mondiale : « Mais est-ce que cette Coupe du monde serait vraiment mondiale sans la participation de l’Irlande, l’Angleterre et l’Écosse ? » Des menaces à peine déguisées de boycott du premier tournoi. À l’époque, ça semblait possible. Celui que l’on surnommait le centre tempête du temps où il était joueur avait gardé tout son caractère impétueux en tant que dirigeant. Malgré toute cette ardeur, McKibbin ne pourra empêcher l’organisation de la Coupe du monde en 1987 disputée par toutes les grandes nations sauf l’Afrique du Sud et le déferlement futur du professionnalisme dans le rugby. P-O.C

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?