Le rugby d’avant le Mondial, qu’est ce que c’était ?

  • Le rugby d’avant le Mondial, qu’est ce que c’était ?
    Le rugby d’avant le Mondial, qu’est ce que c’était ?
Publié le , mis à jour

C’était vague, flottant mais ça donnait un cachet au rugby. Séance nostalgie.

Ça paraît incroyable pour les plus jeunes mais le rugby d’autre fois vivait sans tournoi mondial. On peut trouver ça ridicule aujourd’hui et pourtant, cela donnait à ce sport un charme certain. Il était marqué par la rareté des matches internationaux, notamment entre Nordistes et Sudistes. Elles n’avaient lui qu’à travers des tournées très espacées dans le temps. Les Français, par exemple, n’avaient fait que trois séjours en Nouvelle-Zélande en dix-huit ans (1961 et 1979). Mais tout ce qui est rare est cher et cela donnait un prix inestimable à ces confrontations quand, enfin, elles s’offraient à nous.

L’impression d’être unique

Les All Blacks, il fallait patienter cinq ans pour enfin les voir débarquer sur notre sol. Mais ils ne venaient pas pour un test avant de partir comme des voleurs. Ils restaient trois semaines au moins avec une série de matchs provinciaux, comme on vient porter la bonne parole. Le rugby vivait à travers une hiérarchie incertaine et mouvante. On ne savait pas qui étaient vraiment les meilleurs du monde, on l’estimait un peu à vue de nez après analyse de série de matchs assez disparates. Les tournées des Lions britanniques aux antipodes faisaient figures de bornes pour rythmer le temps rugbystique. C’était bizarre, les autres sports nous charriaient mais on avait l’impression d’être unique.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?