Hansen : «Je ne crois pas aux leaders nés»

  • Hansen : «Je ne crois pas aux leaders nés»
    Hansen : «Je ne crois pas aux leaders nés»
Publié le , mis à jour

Jeudi soir, les All Blacks affrontent la Namibie à Londres. A la surprise générale, Steve Hansen a choisi de nommer Sam Cane capitaine.

Propos recueillis par Marc DUZAN, envoyé spécial

Vous avez choisi de nommer capitaine le flanker des Chiefs Sam Cane. Pourquoi ?

Sam a 23 ans mais compte déjà vingt-quatre sélections avec les All Blacks. Chaque fois que j’ai titularisé Sam, il ne m’a jamais déçu. Au-delà d’être un très bon porteur de balles, il est aussi un leader. Sam Cane sait se servir de son cerveau pour lire le jeu et faire entendre sa voix. Il mène les autres par la voix et l’exemple. Je tiens aussi à vous signaler que Sam fut parfois le capitaine des Chiefs en Super 15. Et qu’il le fait plutôt bien…

Préparez-vous ainsi le futur ?

Bien sûr. Richie McCaw ne sera pas All Black pour l’éternité et nous devons appréhender le futur de la plus intelligente des manières. Je n’ai jamais cru aux leaders nés. Un leader se construit au fil du temps, des sélections, des expériences, bonnes ou mauvaises. Un leader se fabrique. C’est ce que nous essayons de faire avec Sam. Tout ceci se gagne par le travail.

Quel est le rôle d’un capitaine ?

Je ne crois pas qu’un leader doit être un hurleur ou quelqu’un que l’on craint. Un leader est avant tout respecté. Il doit aussi savoir créer un environnement sain, dans lequel s’épanouissent ses coéquipiers.

Aviez-vous d’autres alternatives pour le capitanat ?

Oui, nous avons pensé à Kieran Read, avant de décider de le ménager et de la placer sur le banc de touche.

Pourquoi avoir choisi de procéder à douze changements par rapport au match contre l’Argentine ?

Ce qui est arrivé à l’Afrique du Sud, face au Japon, peut arriver à n’importe lequel d’entre-nous. Il nous faut régénérer les corps, reposer les esprits, soigner les bobos… Les Namibiens vont tout donner, sur ce match. Ils nous attendent un couteau entre les dents et seront là pour faire le match de leur vie. Ils sont à considérer avec le plus grand respect.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?