• La Roumanie, première sélection de Philippe Saint-André
    La Roumanie, première sélection de Philippe Saint-André
Publié le / Modifié le
Compétitions

La Roumanie, première sélection de Philippe Saint-André

Le 24 mai 1990 à Auch, la Roumanie s’est imposée pour la seule fois de son histoire sur le sol français. Ce jour-là, Philippe Saint André honorait sa première sélection au centre de l’attaque

C’est le 24 mai 1990, un jeudi de l’Ascension, ce jour-là, il pleut sur Auch et le stade du Moulias qui, dans l’après-midi, sera le cadre d’un test-match entre l’équipe de France et la Roumanie. Une semaine après, les Français vont s’envoler pour une tournée en Australie ponctuée par trois autres tests-matchs. Cette rencontre face à Roumanie s’annonce comme une simple formalité pour les Tricolores d’autant que les Roumains ont sportivement perdu de leur superbe. Ce ne sont plus les vaillants joueurs des Carpathes qui donnaient tant de fil à retordre aux équipes européennes dans les années 1960, 1970 et 1980.

Sur un plan politique, la Roumanie est en totale reconstruction. Pour la dernière sélection de Philippe Dintrans, promu capitaine pour la circonstance, on voit mal les Roumains taquiner l’équipe de France même si cette dernière n’a pas tellement brillé lors du précédent Tournoi avec une troisième place et deux victoires peu glorieuses face à des Gallois et Irlandais en souffrance sportive à l’époque.

Au centre de l’attaque, un jeune clermontois de 23 ans, Philippe Saint-André fait ses débuts associé au Varois Jean-Claude Langlade.

Finalement, la pluie auscitaine va servir les intérêts roumains. Sous la pluie, les Français ne jouent pas, ils déjouent. En mêlée, la première ligne roumaine composée de Dumitrescu, Ion et Leonte fait passer un inconfortable après-midi à sa rivale. Mis sous pression, dans l’obligation de se mettre à la faute, les Français font le bonheur de l’ouvreur et buteur Gelu Ignat auteur de neuf points en première période.

Un drop pour sceller la rencontre

Contraints d’effacer ce déficit de neuf points à la pause (0-9), les Tricolores ne parviennent pas à se défaire de l’étau roumain et hausser leur niveau de jeu. Dans le dernier quart d’heure, l’ouvreur dacquois Jean-Patrick Lescarboura apporte un peu d’oxygène à son équipe. Deux pénalités successives relancent l’intérêt de cette rencontre. À huit minutes du terme, Gelu Ignat d’un drop des quarante mètres scelle le sort de cette rencontre sans essai (12-6). Un succès qui fait le bonheur de toute la délégation roumaine de son capitaine et de son troisième ligne centre Hari Dumitras qui quelques années après portera les couleurs de la Section paloise. Dans l’histoire du rugby roumain, il est le premier capitaine vainqueur sur le sol français.

Pour sa première sélection, le sélectionneur de l’équipe de France n’avait pas été particulièrement gâté. Un an après, « PSA » retrouve la Roumanie à Béziers pour le premier match de la Coupe du monde 1991. Ce jour-là, les Français avaient bien retenu la leçon d’Auch. Ils se sont imposés 30 à 3 avec quatre réalisations dont une de Philippe Saint-André qui avait signé le premier essai de ses cinq essais en Coupe du monde.

La fiche technique

À Auch - le 24 mai 1990 - Roumanie bat France 12 -6 (9-0).

Arbitre : M. Bullerwel (Angleterre).

Roumanie : 3P (5e, 19e, 38e), 1DG (72e) Ignat.

France : 2P Lescarboura (57e, 65e).

FRANCE Blanco (Biarritz) ; Cambérabéro (Béziers), Langlade (Hyères), Saint-André (Clermont- Ferrand), Hontas (Biarritz) ; (o) Lescarboura (Dax), (m) Sanz (Narbonne) ; Devergie (Nimes), Roumat (Dax), Janezeck (Tarbes) ; Gallard (Béziers, puis Ondarts Biarritz), Dintrans (cap), Pujolle (Nice).

ROUMANIE – Dumitru ; Chirila, Lungu, Fulina, Toader ; (o) Ignat, (m) Neaga ; Radulescu, Dumitras (cap), Dinu ; Covocariu, Ciorascu ; Dumitrescu, Ion, Leonte.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir