Macovei, des Carpates à Londres

  • Macovei, des Carpates à Londres
    Macovei, des Carpates à Londres
Publié le , mis à jour

Capitaine de la sélection roumaine depuis quatre ans, Mihai Macovei s’apprête à défier la France, un pays qu’il connaît bien. Arrivé à Saint-Nazaire pour la saison 2012-2013, il retrouvera Colomiers et le Pro D2 après le Mondial.

Mihai Macovei est avant tout un capitaine ambitieux. À peine le temps de poser les pieds sur le sol anglais qu’il déclarait : « Je crois que cette édition sera la meilleure que la Roumanie n’ait jamais connue. » Ce polyvalent joueur, capable de couvrir tous les postes de la troisième ligne comme de jouer en seconde n’a pas froid aux yeux. Il y a un an déjà, il affichait, à nos confrères du Parisien, les ambitions de son équipe pour le Mondial : « L’objectif sera de remporter deux victoires en poule, face à l’Italie et au Canada. Ce serait exceptionnel pour notre pays. » Avant le Canada et l’Italie, le premier rendez vous roumain est programmé face aux Bleus de Philippe Saint-André, une opposition forcément particulière pour Macovei et certains de ses coéquipiers : « Nous avons beaucoup de joueurs qui connaissent et évoluent dans le championnat français, ce sera une force pour nous. »

De la maîtrise

À 28 ans, le natif de Gura Humorului est devenu le taulier de la sélection roumaine. Et pourtant rien n’était gagné après sa première sélection en 2006 face à l’Ukraine. Il va par exemple manquer la Coupe du monde en France l’année suivante… Mais Macovei ne renonce pas, avec abnégation il va devenir un cadre du Steaua Bucaresti et connaître le Mondial 2011. L’opportunité Saint-Nazaire s’offre alors à lui. Il débarque en France en 2012 pour jouer la saison de Fédérale 1. Le Pro D2 ensuite avec Massy, et Colomiers avec qui il vient de s’engager pour trois ans. L’an dernier, il était à la fois le meilleur plaqueur de son équipe mais aussi le meilleur soutien offensif. Sa grosse activité et ses plaquages durs sont ses principales qualités. Il sera l’une des armes principales de la Roumanie face à la France tant en défense que dans les rares coups offensifs dont devraient disposer les hommes de Lynn Howells, le sélectionneur. Micovei devra néanmoins maîtriser son impulsivité. L’an dernier, il avait écopé de six semaines de suspension, pour un déblayage dont le qualificatif minimum serait « appuyé » face au Canada. Travailleur infatigable, l’enfant des Carpates s’est forgé un caractère et un physique qui l’ont conduit jusqu’à Londres et la Coupe du monde où il sortira au côté de Dimitri Szarzewski, en tant que capitaine d’une sélection roumaine débordante d’ambitions. P.-O. C.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?