Villelongue : l’autre porte-drapeau du rugby féminin en Catalogne

Après avoir disputé la finale de Fédérale 1 en 2013, le club a été contraint de repartir au plus de la hiérarchie l’année suivante. Actuellement en reconstruction, ce fief de la Salanque peut faire partie des candidats à la montée en Armelle-Auclair d’autant que des dissidentes usapistes viennent de signer.

Villelongue-de-la-Salanque, un paisible village des Pyrénées orientales nourri depuis des décennies à la mamelle ovale. Un village typique de cette France ovale particulièrement fier de ses deux titres de champion de France de quatrième Série en 1977 et 1996. Depuis cinq ans, il n’y a plus d’équipe masculine, ce sont les filles qui ont repris victorieusement le flambeau. En 2013, elles ont même atteint face à Lyon, la finale de Fédérale 1. Une finale perdue (29-8) et qui fut aussi le chant du cygne du club. Après cette prouesse, de nombreuses joueuses répondirent aux sollicitations des clubs chevronnés tels que Montpellier, Perpignan. En déficit d’effectif, le comité directeur décida de repartir au plus bas de la hiérarchie en 2014. Après cette année de transition, un nouveau projet sportif a été mis en place par le président Gérard Landri en nommant au sein du groupe senior deux entraîneurs de qualité : Pierre Vergés et Jean-Marie Faveaux.

Dans ce tout nouveau championnat de Fédérale, les Catalanes avaient réussi à tirer leur épingle du jeu en prenant la troisième de leur poule derrière Béziers qui les a malheureusement privés d’une participation aux seizièmes de finale.

Des retours au club, les signatures de Christelle Le Duff et de Lucie Sagols

Après cette saison, dans l’ensemble positive, le comité directeur et l’encadrement ont musclé un peu plus leur effectif en obtenant la signature de trois Carcassonnaises. Au total, trente joueuses étaient prêtes à relever ce prochain défi sportif. En plein cœur de la crise usapiste, le club vient d’enregistrer la signature de dissidentes perpignanaises dont l’internationale à VII et à XV Christelle Le Duff, la troisième ligne aile Lucie Sagols, Marie Faveaux, Manon Tétrard et Carla Lesage. « Marie Faveaux, Manon Tétrard, Carla Lesage sont des retours au club », fait remarquer Pierre Vergés.

Plus surprenante est celle de Christelle Le Duff, future sélectionnée aux jeux Olympiques de Rio « Je n’avais nulle intention de rejoindre Montpellier ou Toulouse. J’ai averti les dirigeants, je ferais au maximum cinq ou six matchs. Villelongue, c’est près de chez moi, ça va me permettre de continuer à former des jeunes. J’ai trouvé un club et des filles sympas, des entraînements cohérents, bref un club familial comme à l’époque à Toulouges » soutient-elle.

Avec ce renfort massif de qualité, le club de la Salanque hausse ses ambitions et songe à une promotion en Armelle-Auclair. Lors de la journée inaugurale, les Catalanes se sont imposées face Béziers (26-12), un sérieux candidat à la qualification. Dimanche, elles espèrent marquer un peu plus leur territoire et les esprits en faisant un voyage fructueux à Narbonne.

Cet article fait partie du dossier

Les filles ouvrent le bal

Consulter le dossier