Les raisons de la colère

  • Les raisons de la colère
    Les raisons de la colère
Publié le , mis à jour

Au lendemain du poussif succès face à la Roumanie qui lui valut de pousser un coup de gueule remarqué à la mi-temps, Philippe Saint-André est revenu sur les difficultés rencontrées par le XV de France dans le jeu au sol, son péché mignon face aux « petites » nations.

« Je n’ai rien à redire sur la prestation de la charnière. Ils ont respecté la stratégie, mais ont simplement manqué de matos. » C’est par ces mots, exempts de toute ambiguïté, que Philippe Saint-André a lancé son debriefing du France - Roumanie de la veille, histoire de bien cerner les difficultés rencontrées par son équipe. Et de poursuivre. « Morgan Parra a dû faire plus de déblayages en une demi-heure que la plupart des avants : ce n’est pas acceptable. Ils ne lui ont pas facilité la tâche. » Voilà donc les coupables désignés : les gros. Une fois n’est pas coutume… Il faut dire que, face à un adversaire au pedigree aussi peu huppé que face à la Roumanie, les avants ont succombé à ce mal tellement français, qui consiste à vouloir se régaler de ballons avant que de les gagner. Un péché de suffisance qui fut surtout perceptible dans le jeu au sol où, jusqu’au carton jaune infligé au pilier Paulica Ion (qui obligea, par ricochet, la sortie du poison Ursache), les Bleus ne trouvèrent jamais les solutions pour se fournir en sorties rapides. « Pour avoir vu les Roumains face au Tonga, je savais qu’ils étaient très durs à manœuvrer dans les duels, prolongeait Saint-André. Ils ne reçoivent plus de bristol d’invitation pour jouer face à la France depuis longtemps, et avaient à cœur de montrer leur meilleur visage. Ils ne souhaitaient pas qu’on mette trop de rythme, ont bien contesté les ballons. Et nous leur avons trop facilité la tâche… Le rugby, ce n’est pas que des cadrages-débordements, c’est aussi des cadrages-déblaiement. Hier, nous avons perdu 23 ballons : avec un tel déchet, c’est impossible de mettre un jeu en place, d’autant que nous avons été en difficulté sur nos premières touches et mêlées. »

« On va travailler les rucks… »

Des comportements coupables donc, qui valurent aux intéressés l’ire du sélectionneur, captée par les caméras du vestiaire puis abondamment diffusées. Une indiscrétion qui, loin de l’agacer, amusait presque PSA. « Sincèrement, je n’allais pas leur taper la bise et leur dire qu’ils avaient réalisé une première mi-temps exceptionnelle. Des vérités ont été dites, et il y a eu une réaction en deuxième période. Nous avons recommencé à faire des choses simples : gagner les duels, coller au soutien, tenir le ballon sur plusieurs temps de jeu. Les avants roumains étaient lourds et nous avions alignés une équipe de coureurs, et nous avons mis trop de temps avant d’y parvenir. »

Reste que les cinq essais inscrits, ainsi que la victoire bonifiée, sont là pour masquer les carences affichées dans le contenu. Un moindre mal donc, auquel Saint-André souhaitait se raccrocher. Avec pertinence, d’ailleurs… « Historiquement, nous n’avons pas une approche anglo-saxonne des matchs. On ne sait pas, dès la première minute, tenir le ballon pendant 48 temps de jeu pour faire exploser l’adversaire. On peut se mettre à un niveau exceptionnel face à un gros adversaire, et retomber dans nos travers face à des oppositions moindres. J’aimerais changer cela, mais depuis toujours, le rugby français n’y est jamais parvenu. Alors, on va se contenter du résultat, à savoir le bonus récolté sans subir de blessure. » Et le Goret de se plonger dans l’avenir. « Il y avait sur ces deux premiers matchs la volonté de faire tourner un maximum de joueurs, dans une semaine de préparation très courte. On espère tirer la quintessence de ces deux matchs-là pour composer l’équipe qui affrontera le Canada, puis l’Irlande. D’ici là, l’objectif sera de recharger les batteries pendant 48 heures. Ensuite, je peux vous dire que l’on va travailler les rucks… » En espérant qu’au-delà du travail technique, ce sont d’autres dispositions mentales que les joueurs afficheront face aux Canadiens…

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?