À quoi sert la routine des buteurs ?

  • À quoi sert la routine des buteurs ?
    À quoi sert la routine des buteurs ?
Publié le , mis à jour

Auparavant plutôt discrets, les «routines» des buteurs sont désormais devenues de réelles attractions. Si Jonny Wilkinson en est évidemment le plus digne représentant, le Gallois Dan Biggar vient de donner un nouvel élan à ce qui peut facilement s’apparenter à un véritable rituel.

De Romain Teulet à Jonny Wilkinson, d’Owen Farrell à Dan Biggar, chaque buteur à cette petite habitude, ce petit geste qu’il répète inlassablement de coup de pied en coup de pied. Tic ? Rituel ? Emmanuel Livrud, psychologue du sport préfère parler de « routine ». Mais alors à quoi sert cette fameuse répétition obsessionnelle qui précède chaque tir au but ? « Ça consiste à mettre en place un protocole qui va permettre au sportif d’être dans un état positif avec ses pensées et son corps qui sont au diapason en vue d’un objectif de performance. Et ce sont des choses que l’on retrouve d’autant plus fréquemment dans des phases statiques comme peut l’être le tir au but, ou encore le service au tennis. On a un petit peu de temps pour mettre en place sa routine qui vise à la concentration. ». Il faut donc bien parler de routine et non pas de rituel ou de tic comme on a pu lire sur les réseaux sociaux pendant le match Angleterre – Pays de Galles, dans lequel Dan Biggar s’est particulièrement illustré, inscrivant 23 des 28 points de son équipe.

« Ça le met en réussite mentalement et physiquement »

De la position assise de Jonny Wilkinson, aux gestes frénétiques des bras de Romain Teulet (surnommé « Robocop » par ses supporters tant son geste était répétitif), au regard perçant d’Owen Farrell, chaque buteur à son habitude que personne ne peut répéter avec les mêmes sensations. « La danse que ce joueur (N.D.L.R. Dan Biggar) a mis en place est associée pour lui à un état de réussite. Ça le met en réussite mentalement et physiquement. Le sportif est un être humain, donc son corps et son psychisme sont reliés. Et cette routine avant chaque coup de pied le met dans une globalité de concentration et dans un état positif. Il y a un échange entre l’état physique et l’état mental, donc pour certains ce sont les pensées qui vont permettre de mettre le corps dans un certain état et pour d’autres, c’est la répétition frénétique de certains gestes qui va emmener cette pensée positive. C’est la concentration vers un état positif qui vise la recherche de performance qui est en jeu. Ça leur permet de couper avec le public, de ne pas être paralysé par des informations extérieures. » continu Emmanuel Livrud.

« C’est un secret, un truc que personne ne connaît »

« Je fais ça pour me mettre dans ma bulle. J’intériorise et ainsi je laisse s’échapper la pression. » explique Maxime Petitjean, buteur d’Aurillac, meilleur réalisateur du championnat de ProD2 en 2012-2013. Le doute peut nuire aux statistiques d’un buteur. Le repousser permettrait ainsi de se concentrer uniquement sur l’aspect technique du tir et non pas sur l’environnement qui l’entoure. Maxime Petitjean a lui aussi son « petit truc bien à lui ». Il se répète à chaque coup de pied une phrase. Laquelle ? « C’est un secret, un truc que personne ne connaît, pas même ma femme (rire). C’est quelque chose que j’ai mis en place avec un sophrologue quand j’évoluais à Dax. Et depuis je le fais naturellement, au moment de prendre mon élan. Ça fait partie de mon geste. » Si cette « mimique » est moins visuelle que ne peut l’être la position de Jonny Wilkinson elle reste essentielle « Même quand je botte à l’entraînement je me répète cette phrase, je n’y réfléchis même plus et pourtant c’est indispensable ».

Si on entendait auparavant l’histoire de la chaussette gauche que Zinédine Zidane enfilait toujours avant la droite, c’est désormais les mimiques des buteurs qui font parler les superstitieux. Le mot de la fin pour Emmaunel Livrud « Vous avez des routines dans tous les sports qui sont souvent préalables à l’entrée sur le terrain. Mais c’est vrai que là, le tir au but se passe sur le terrain devant tout le monde donc c’est très visible (rire). ». Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?