Deylaud : «Brice est capable de faire mieux»

  • Deylaud : «Brice est capable de faire mieux»
    Deylaud : «Brice est capable de faire mieux»
Publié le , mis à jour

Actuellement en poste à Blagnac, Christophe Deylaud est l’entraîneur qui a lancé Brice Dulin chez les professionnels. L’ancien ouvreur n’avait pas hésité à décaler le joueur du Racing 92 à l’aile quand il évoluait à Agen. Il n’est donc pas inquiet sur ses compétences à ce poste.

Malgré un match de préparation raté à Twichenham face à l’Angleterre, le sélectionneur Philippe Saint-André a décidé d’offrir une seconde chance à Brice Dulin au poste d’ailier pour affronter le Canada. PSA, séduit par l’arrière du Racing 92 dans son rôle de dernier rempart face à la Roumanie, veut continuer à croire à son association avec Scott Spedding. Un choix que Christophe Deylaud avait déjà tenté alors qu’il entraînait Agen : « Effectivement, au début de sa carrière, avec Christian Lanta, nous avions décidé de repositionner Brice à l’aile. C’est un poste plus accessible pour un tout jeune joueur, mais il était parvenu à s’imposer à l’arrière. Puis, Silvère Tian nous avait rejoint et il marchait sur l’eau en position d’arrière. Donc, Brice avait de nouveau glissé à l’aile. » Déjà, l’ancien pelotari n’avait pas caché sa frustration. « Il a un tempérament fort et il était parvenu à renverser la situation, reprenant le numéro 15 et Silvère était passé sur une aile. Je crois effectivement que le vrai poste de Brice est celui d’arrière. »

« Tout le monde peut y gagner »

Néanmoins, Christophe Deylaud, qui n’a jamais caché son affection pour le lutin lot-et-garonnais, n’est pas inquiet pour son protégé. Son match à Twickenham n’était qu’un accident : « Ses deux principales qualités sont le jeu aérien et la défense. Malheureusement, même les meilleurs joueurs du monde peuvent connaître des défaillances. Est-ce qu’il existe un joueur au monde qui n’a jamais perdu un cadrage débordement ? Des fois, la performance passe par là. Il a dû être vexé et il va s’en servir pour avancer. » Surtout, l’ancien ouvreur international est persuadé que Brice Dulin peut amener quelque chose aux Bleus, même en étant positionné à une aile : « Quand on joue à ce niveau, il ne faut pas regarder le numéro que l’on a dans le dos. Il est capable de faire beaucoup mieux que face à l’Angleterre. Il doit faire évoluer son rôle, en se proposant, en participant plus au jeu. C’est une association qui peut être intéressante. Sur les phases défensives, il peut se transformer en deuxième arrière et être aussi un des premiers contre-attaquants. Tout le monde peut y gagner. » Brice Dulin a maintenant son avenir dans cette coupe du monde entre ses mains. Et il a maintenant compris que rechigner à glisser à l’aile n’était pas la meilleure solution pour vivre l’aventure depuis le terrain. Et non des tribunes.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?