Faut-il avoir peur du Canada ?

  • Faut-il avoir peur du Canada ?
    Faut-il avoir peur du Canada ?
Publié le , mis à jour

Ce soir, le XV de France affrontera la sélection canadienne. Une formalité direz-vous ? Certainement, étant donné que les joueurs sont, dans la grande majorité, méconnus. Attention pourtant à l’excès de confiance.

Flash back : Trois essais (Damien Traille 65e, Clerc 78e, 80e) transformés, par Morgan Parra, dans le dernier quart d’heure viendront colorer la performance tricolore face au Canada. Pourtant, lors de ce deuxième match de poule 2011, les Français ont tremblé. Ne menant que de six points à vingt minutes du terme (soit moins d’un essai transformé) les Bleus s’en sortiront avec une fin en grasse, pendant laquelle ils emporteront même le point de bonus offensif. Après un large succès contre le Japon, les joueurs de Marc Liévremont ne s’attendaient pas à être mis en difficulté par une équipe Canadienne alors peu attendue à l’époque. En dehors du Clermontois Jamie Cudmore, reconnu par ses pairs, seuls trois joueurs présents sur la feuille de match étaient passés par la France (Scott Franklin, Ryan Smith et James Pritchard). Une surprise donc d’être accroché dans un match qui ne devait être qu’une formalité. Alors quatre ans plus tard les Canadiens peuvent-ils encore inquiéter le XV de France ? Sûrement. Voici une série de statistiques sur les rencontres qui ont précédé les Mondiaux 2011 et 2015 :

 

 

Les Canadiens n’ont, vraiment, rien n’a perdre

Le XV de France a participé aux sept éditions de la Coupe du monde, étant même demi-finalistes à six reprises (ne sortant qu’une fois en quart face à l’Angleterre en 1991). Une Coupe du monde « réussie » ne le serait donc qu’à partir du stade des demi-finales. En face, le XV du Canada n’est sorti des phases de poules qu’à une seule reprise (1 991). Une élimination dès la première phase de la compétition ne serait ainsi pas une désillusion mais une simple déception. Jouer face à l’Irlande et la France ne ressemble ainsi pas à des rencontres à pressions mais bel et bien à des confrontations grandeurs natures avec des équipes du haut du panier. Le seul enjeu pour les Canadiens aurait pu être la troisième place qualificative pour la Coupe du monde 2019, mais la défaite face à l’Italie a considérablement réduit les chances des Kanaks de terminer sur le podium de la poule D. Le seul intérêt de cette rencontre pour les Canadiens se résume donc en trois mots : « prendre du plaisir ». Un match piège pour le XV de France qui, de son côté, perdrait beaucoup en cas défaite où même de match médiocre face aux coéquipiers de Jamie Cudmore. P.I-R.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?