Réveillez-vous et réveillez-nous !

  • Réveillez-vous et réveillez-nous !
    Réveillez-vous et réveillez-nous !
Publié le , mis à jour

Après deux premières victoires sans réellement convaincre, les Bleus de Saint-André rencontrent ce soir des Canadiens qui pourraient leur poser des problèmes. Les Français ont eu un peu plus d’une semaine pour préparer ce match. On attend d’eux un match accompli avant de rencontrer les Irlandais dans l’unique choc de cette Poule D.

Prendre confiance avant l’Irlande

Si dans le cadre d’une communication bien rodée depuis le début, le staff et les joueurs semblent satisfaits de leurs résultats et confiants en eux, ce n’est toutefois pas le sentiment que nous avons en tant que spectateurs. La vision d’une équipe poussive, jouant un jeu restrictif mais le jouant bien souvent mal. Si on doit faire le parallèle entre les prestations irlandaises et celles de Français la différence de niveau peut faire peur… Au sortir du match Irlande – Roumanie, le sélectionneur roumain, Lynn Howells, confiait qu’il voyait pour l’instant les Irlandais largement au-dessus de nos Bleus. On se rattrape seulement à la croyance que les Français ont toujours su se sublimer lors des grands rendez-vous mondiaux. Si l’Histoire le confirme il faudrait toutefois se méfier de ne pas trop se rassurer en le pensant jusqu’au jour où l’on vivra une terrible désillusion…

Être fidèle à soi-même

Ce début de Coupe du monde ne montre pas forcément que le jeu de destruction est l’unique solution de gagner des matchs dans le rugby actuel, puisque les Irlandais, les Gallois, les Japonais et même les Canadiens ont montré qu’on pouvait trouver des espaces et mettre à mal les défenses en passant sur les extérieurs, mais PSA ne veut pas changer d’un iota son système de jeu. Une grosse conquête, une bonne défense, un buteur fiable et un centre du terrain puissant. Il vaut peut-être mieux d’ailleurs à ce moment de la compétition. Toutefois, le XV de France ne semble pas encore maîtrisé totalement toutes les formes de ce jeu restrictif. Quitte à jouer ce style de jeu autant le jouer bien. Sauf surprise, on devrait être plus épaté par le jeu canadien que par le jeu français ce soir. Il y a encore fort à parier que l’avancée des Bleus se fera sur des exploits individuels. Cette semaine, les Bleus ont beaucoup travaillé les soutiens offensifs, pour assurer la continuité de leur jeu et faire parler leur supériorité physique face aux Canadiens. Espérons qu’ils réussissent à le faire, car cela permettra sûrement d’ouvrir des espaces dans lesquels les jambes de nos trois-quarts pourront s’engouffrer.

Comme en 2011 ?

Souvenez-vous de ce match en 2011 à Napier, sous une pluie battante. Après un match poussif contre les Japonais, les Français ne s’étaient pas beaucoup plus rassurés contre les Canadiens. Ils avaient tout de même arraché en fin de match le bonus offensif à la dernière minute avec un essai de Vincent Clerc. Qui avait d’ailleurs marqué un triplé. Après ce match, les Bleus de Lièvremont avaient lourdement chuté contre les All Blacks avant de perdre contre de valeureux tonguiens. Réussissant à se qualifier malgré deux défaites dans cette Poule A et frôlant ensuite le toit du monde. Il semble donc que comptablement les Français soient cette année mieux lancés en termes de résultats mais pas tellement en termes de jeu. En 2011, personne n’aurait imaginé la défaite contre les Tonga, aujourd’hui peu de gens peuvent croire à la victoire canadienne ce soir, il est toutefois certain que les Français devront réellement s’appliquer pour l’emporter avec la manière.

Les joueurs qui ont une carte à jouer

Bernard Le Roux, a certainement été le meilleur Français contre la Roumanie. Il était toutefois en deuxième ligne ce soir il sera replacé en troisième ligne aile, son poste de prédilection. Si Dusautoir et Picamoles semblent indéboulonnables, Le Roux a une place à prendre ou plutôt à reprendre. Tant il semblait être l’un des cadres du système de jeu de Saint-André basé sur la puissance, une grosse défense et une conquête solide. Par ailleurs, Rémi Grosso connaîtra sa première sélection ce soir, après la blessure d’Huget, il sera chargé d’apporter son punch et son talent d’ailier pur. Il a su enflammer les pelouses du Top 14 permettant notamment de sauver Castres de la relégation la saison dernière. Espérons qu’il arrive à apporter le même dynamise et ce brin de folie qui le caractérise. Enfin, Brice Dulin sera replacé à l’aile, la blessure de Yoann Huget pourrait aussi lui profiter tant Noa Nakaitaci ne s’est pas illustré sur les deux premiers matchs et Sofiane Guitoune, malgré son match correct contre les Roumains, ne jouera pas ce soir. Toutefois, si l’on se rappelle la façon dont Anthony Watson l’avait mystifié lors du premier match de préparation contre les Anglais, Brice Dulin aura fort à faire notamment en défense face au trio d’arrières canadiens époustouflant face aux Italiens samedi. M. L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?