Nice : peur sur la côte

  • Nice : peur sur la côte
    Nice : peur sur la côte
Publié le / Mis à jour le

Avec un seul point collecté en deux matchs, la formation niçoise est déjà sous pression après seulement deux journées de championnat.

On ne peut pas dire que le championnat de Fédérale version 2015-2016 ait démarré comme les Niçois l’auraient souhaité. En effet, ils ont d’emblée été surpris par leurs voisins de Saint-Raphaël Fréjus (27-29) à domicile avant de recevoir, une semaine plus tard, une véritable correction à Bédarrides (40-3). Face à Fréjus, les Niçois se sont comportés comme une équipe à réaction : auteurs d’une première mi-temps indigente, les Azuréens ont ensuite inscrit pas moins de 22 points en 12 minutes en début de seconde période pour reprendre le score. Ils pensaient couronner leur première sortie à domicile par une victoire, mais il n’en fut rien. Ils ont relâché leur étreinte, et les Varois ont signé une fin de match en boulet de canon avec deux essais de Muller (73e) et Saglia (82e).

La semaine suivante, le suspense ne fut pas aussi intense. Les Niçois ont été balayés 40 à 3 sur la pelouse de Bédarrides, qui passa quatre essais : deux en première mi-temps, et autant en seconde, le tout aggravé par quatre pénalités passées par les buteurs vauclusiens Boghossian et Lombarteix. Résultat, après deux journées, le Stade Niçois est antépénultième, avec un seul point dans son escarcelle.

Retard à l’allumage

Un classement indigne d’une formation qui, au vu de ses moyens et de ses infrastructures, dispose des moyens suffisants pour bien figurer dans cette poule 4, voire de viser la qualification. Alors, comment expliquer un tel retard à l’allumage ? Tout d’abord, il faut reconnaître que l’effectif azuréen a perdu plusieurs joueurs cadres à l’intersaison, et ces derniers n’ont pas vraiment été remplacés. L’année dernière, le Stade Niçois est passé tout près de la montée en Fédérale 1. Voyant que le projet n’aboutissait pas à une réussite, nombre de joueurs ont fait leurs valises. Les matchs de préparations n’ont pas été très concluants non plus : contre Hyères, l’oubli de plusieurs licences de joueurs a gâché le voyage. Face à Châteaurenard, les Niçois ont perdu l’un de leur meilleur ailier sur blessure. Enfin, les Azuréens ont affronté une faible équipe italienne en guise de troisième match. Pas idéal avant de croiser le fer avec Saint-Raphaël. Ce week-end, face à Hyères, les Niçois n’ont donc pas le droit à l’erreur.

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir