Les îliens déchantent

  • Les îliens déchantent
    Les îliens déchantent
Publié le , mis à jour

Si les Fidji ont tenu leur rang dans une poule insoutenable, les Tonguiens et Samoans sont loin du compte. Une situation qui pourrait avoir des répercussions sur l’avenir immédiat des trois nations.

C’était il n’y a pas si longtemps. Quatre années, huit tout au plus. En 2007 pour le Mondial en France, les Fidji surprenaient le pays de Galles en phase de poule au terme d’un match exceptionnel et se qualifiaient pour les quarts de finale. Pour se faire châtier ? Rien du tout. Les coéquipiers de Delasau tenaient longtemps en échec les Sud-africains, pour s’incliner finalement 37-20 face au futur vainqueur de la compétition. Quatre ans plus tard en Nouvelle-Zélande, les Tonguiens s’offraient le scalpe de la France en phase de poule (14-19) alors que les Samoans frôlaient l’exploit face aux Sud-Africains (13-5), malgré un carton rouge plus que litigieux.

Cette année ? On ne donnait pas cher de la peau des Fidjiens, soyons honnêtes. Engagés dans une poule A démoniaque, les coéquipiers de Metuisela Talebula n’en sortiront pas. Battus par trois nations majeures sans jamais démériter (Galles, Angleterre, Australie), les Fidjiens voient leur compteur de points dramatiquement bloqué à zéro. Dur à avaler, tant ils ont su se montrer séduisants.

Samoa et Tonga, si médiocres

Les deux autres nations du Pacifique, en revanche, décrochent le pompon des déceptions majeures de cette compétition. Concernant le Tonga, la défaite inaugurale face à la Géorgie a suffi à couler cette édition 2015. Dès lors, plus question de parler de qualification, dans une poule où les All Blacks ne laisseront que des miettes aux adversaires. La lourde défaite face à l’Argentine, dimanche (45-16) n’a fait que confirmer la sensation : le Tonga est hors sujet. À dans quatre ans. Pour les Samoa, le bilan est encore plus dramatique. La tâche, pourtant, ne semblait pas insurmontable : un seul cador dans la poule B (Afrique du sud) et une qualification qu’ils devaient se disputer avec l’Écosse. À une semaine de la fin des phases de poule, on est loin du compte. Les Samoa sont d’ores-et-déjà hors course pour la qualification et, pire, ils pourraient voir les Japonais leur chiper la troisième place au profit de leur victoire surprise face aux Springboks.

La situation est problématique bien au-delà de cette Coupe du monde qui s’achèvera trop vite. D’un côté, elle met en lumière les difficultés de ces Fédérations dans un concert international qui ne leur fait que trop peu de place. De l’autre, elle met en péril la présence de ces nations pour la prochaine Coupe du monde, dans quatre ans au Japon. Dossier.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?