Le Franco-Irlandais des Alpes

  • Le Franco-Irlandais des Alpes
    Le Franco-Irlandais des Alpes
Publié le , mis à jour

De nombreux joueurs irlandais évoluent dans nos championnats français que ce soit en Top 14 ou en Pro D2. Parmi eux, il y a le franco-irlandais James Hart qui joue à Grenoble et qui doit certainement attendre le choc entre la France et l’Irlande pour le dernier match de la poule D. Portrait.

1m79, 82 kg. Beau gabarit pour un demi de mêlée ! À 24 ans, James Hart a le rugby dans le sang. Né à Dublin d’un père irlandais et d’une mère française, c’est très vite que le jeune garçon goûte aux joies du rugby. Dès ses six ans, il intègre le club de Clontarf tout près de Dublin en Irlande. Très vite, on lui découvre un potentiel et le jeune James poursuit dans cette voie jusqu’à intégrer le club du Leinster où il joue alors en moins de 19 ans. Entre 2007 et 2008, il arrive en France. Mais pas n’importe où. Ses grands-parents vivant à Toulouse, James Hart les rejoint et intègre le Stade Toulousain pour lequel il jouera huit mois avant de repartir en Irlande. Finalement, il revient dans l’Hexagone quelques années plus tard en 2011 et ne le quitte plus. C’est l’ancien international irlandais, Bernard Jackman, qui l’a convaincu de venir jouer pour le club de Grenoble. Dans une région qui développe de plus en plus l’esprit du rugby, James Hart entre au centre de formation du FCG. Après deux saisons en tant que jeune, le franco irlandais signe un contrat professionnel avec Grenoble. Il est engagé avec le club jusqu’en 2017.

Irlande ou France ?

Pour le moment, le demi de mêlée grenoblois n’a jamais joué pour une équipe nationale. Difficile de faire l’unanimité lors que Conor Murray ou encore Eoin Reddan occupent le poste de numéro 9 pour le XV du Trèfle avec le talent qu’on leur connaît. Et si les débouchés en Irlande sont minimes, côté Bleus ce n’est pas mieux. Entre Morgan Parra et Sébastien Tillous-Borde, la France a son lot de bon demi de mêlée aussi. Avec Rory Kockott en remplaçant de luxe, difficile de se faire une place aussi au sein du groupe tricolore. Interrogé il y a quelques mois à ce propos, le principal concerné n’avait pas caché son désir de porter les couleurs du XV du trèfle mais assurait que si le XV de France lui ouvrait ses portes il ne refuserait évidemment pas. À 24 ans, son avenir n’est pas encore tout tracé et peut être que l’arrivée d’un nouveau staff à la tête de l’équipe de France lui offrirait une possibilité. À lui de mettre toutes les chances de son côté, le reste suivra. J. E.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?