Gagnant-gagnant

  • Gagnant-gagnant
    Gagnant-gagnant
Publié le / Mis à jour le

Logiquement les Grenoblois se sont imposés en amical face aux Nevernois. Mais ces derniers ont montré de très belles intentions notamment en mêlée.

Nevers et Grenoble ont bien profité des quatre-vingt-dix minutes au menu de leur rencontre amicale, vendredi au stade du Pré-Fleuri. Seul bémol à la réussite de cette soirée, le public n’a pas répondu aussi nombreux qu’escompté. Probablement se réserve-t-il pour le choc des leaders de la poule 3 de Fédérale 1 qui, le 1er novembre, verra les Neversois recevoir les Auscitains. Car la venue des Grenoblois consistait à combler un énorme vide dans le calendrier avant cette échéance déterminante pour la suite des aventures bourguignonnes. Pour les Isérois, eux aussi sevrés d’opposition, l’occasion était belle de préparer la réception de Montpellier, vendredi au stade des Alpes, lors de la cinquième journée du Top 14.

Les deux divisions d’écart trouvèrent leur aboutissement au tableau d’affichage qui illumina un logique 68-15 pendant que les troupes de Fabrice Landreau réservaient une haie d’honneur à leurs valeureux adversaires.

Pour en arriver là, les belligérants usèrent de leurs armes respectives, les visiteurs servant un rugby fluide, percutant et efficace, les recevants s’appuyant sur une mêlée surprenante et quelques fulgurances bienvenues.

La première période fut, de loin, la moins déséquilibrée. En dépit des placages dévastateurs de Maya, les offensives alpines atteignirent les sommets pour se terminer avec aisance dans l’en-but nivernais. Du miel pour le pied de Wisniewski qui transforma tout ce qu’on lui proposa.

Souvent bousculés, les Fédéraux réussirent cependant plusieurs mouvements d’envergure, avec pour point de départ une conquête très propre, en touche notamment, alors que la mêlée fit même, sur sa propre introduction, reculer à deux reprises celle du FCG ! C’est à partir de ces deux phases fondamentales que l’USON Rugby Plus offrit deux essais à son public, le premier étant un modèle du genre : prise de Bastide en fond d’alignement, attaque de la ligne par San Martin, geste acrobatique du centre argentin, débordement de Maya et passe à Fenner qui résista aux derniers défenseurs grenoblois.

Un peu moins fringants après la pause, les Jaunets ne furent cependant pas ridicules même si les entrées d’Aplon et de Hunt firent des ravages dans leur dispositif défensif.

Au coup de sifflet final, chacun put se satisfaire de sa prestation, la nuit neversoise ayant mis au jour de belles qualités de part et d’autre mais aussi, pour les entraîneurs, plusieurs secteurs de jeu à peaufiner. A. D.

Fiche technique

A SERMOISE-SUR-LOIRE – Vendredi 19 h 30 – Grenoble (Top 14) bat Nevers (F1), 68-15 (35-15).

Arbitre : M. Delpy (Ile-de-France).

2 500 spectateurs environ.

Grenoble : 10E Farrell (6e, 19e), McLeod (16e), Roodt (32e), Dupont (41e), Best (45e), Hunt (62e, 82e), Bosch (76e), Saseras (84e) ; 9T Wisniewski (6e, 16e, 19e, 32e, 41e, 45e), Bosch (76e, 82e, 84e).

Nevers : 2E Fenner (24e), Lanne-Petit (38e) ; 1T (24e) et 1P (10e) Duvallet.

Nevers : 15. Fenner ; 14. Maya, 13. San Martin, 12. Drouard ; 11. Bonvalot ; 10. Duvallet, 9. Nxumalo ; 7. Whetton, 8. Fabrègue, 6. Bastide ; 5. Carpentier, 4. Aurignac (cap.) ; 3. Merabet, 2. Colombat, 1. Mutapcic. Entrés en cours de jeu : Chevalier, Van Niekerk, Mazet, Erasmus, Vuillemin, Lanne-Petit, Salavea, Geldenhuys, Tarrit, Maury, Gilardon Paz, Vaudaine, Stankovic.

Grenoble : 15. Gengenbacher (cap.) ; 14. Dupont, 13. Farrell, 12. Willison, 11. Battle ; 10. Wisniewski, 9. McLeod ; 7. Diaby, 8. Setephano, 6. Best ; 5. Roodt, 4. Hand ; 3. De Klerk, 2. Héguy, 1. Coulson. Entrés en cours de jeu : Aplon, Mignot, Estebanez, Hunt, Gelin, Sawailau, Bosch, Saseras, Ambourhouet, Grice, Marie, Percival, Hegarty, Jammes, Jolmes, Edwards, Dardet.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir