La maîtrise montpelliéraine

  • La maîtrise montpelliéraine
    La maîtrise montpelliéraine
Publié le , mis à jour

Montpellier décroche sa deuxième victoire de la saison à l’extérieur après Bordeaux et confirme ainsi sa deuxième place au Top14. Sereins durant toute la rencontre malgré le retour des Grenoblois, les Héraultais ont creusé l’écart grâce à O’Connor en fin de match et remportent donc leur sixième succès en sept confrontations contre le FCG. Grosse désillusion pour les Isérois qui s’inclinent pour la première fois cette saison à domicile.

Grenoble — Montpellier 19-30

Par Julien Louis

RÉSUMÉ

L’envie de développer du jeu est affichée d’entrée par Grenoble, le pragmatisme, par Montpellier. Ainsi pourrait être résumé ce premier acte fait de multiples fautes techniques et d’indisciplines. Les Isérois, adeptes des relances à la main de leurs 22 mètres parviennent à développer de belles séquences, mais manquent d’application dans le dernier geste pour concrétiser leurs temps forts. Là où Montpellier, base son rugby sur du défi physique au près et du jeu au pied d’occupation. La rencontre tourne au « ping-pong » rugby, avant la 35e… Et le carton jaune reçu bêtement par Best (voir homme du match Paillaugue). Un premier tournant. Le MHR va à l’essai dans la foulée grâce à ce filou de Paillaugue et Wisniewski réduit l’écart sur la sirène. 13-9 pour Montpellier à la pause. La deuxième période démarre dans les mêmes configurations jusqu’à l’heure de jeu et l’essai de pénalité des Cistes. On pense alors le match plié, mais c’est sans compter sur la réaction d’orgueil des Isérois, qui reviennent au score grâce à leur mêlée (essai de pénalité). Dans une fin de match sous haute tension, c’est finalement Montpellier qui inscrit le dernier essai par O’Connor et s’impose de onze points

FAIT DU MATCH

L’indiscipline. Grenoble et Montpellier, qui ont l’habitude de concéder 13 fautes en moyenne par match, sont restés dans leurs standards habituels. À la pause, quinze pénalités avaient déjà été sifflées, sept contre le FCG (plus un carton jaune) et huit en défaveur du MHR. À la fin du match, le nombre de pénalités est hallucinant… Vingt-six ! Quinze contre les Héraultais (plus un jaune contre Galletier) et onze en défaveur de Grenoble.

PLUS BEL ESSAI

Il faut retenir les deux essais de pénalité marqués par les adversaires d’un soir. Non pas pour leur beauté, mais pour le combat âpre des deux mêlées qui se sont rendues coup pour coup. Profitant de leurs supériorités numériques respectives pour prendre l’ascendant chacune leur tour. Le MHR a d’abord dominé, avant que la pression ne s’inverse en faveur de Grenoble.

L’HOMME DU MATCH

Benoît Paillaugue. Le numéro neuf qui va prochainement prolonger son contrat de deux ans au MHR, a justifié ce soir pleinement la confiance qui lui a été accordée. C’est lui le numéro un à la mêlée ! En jouant vite une pénalité, il a directement provoqué l’exclusion de Jonathan Best, coupable d’un acte d’antijeu sur lui. Sur la pénaltouche qui suit, le MHR insiste au près après un maul. Les pick and go se succèdent, avant qu’un en-avant grenoblois ne soit commis. À quinze mètres Mogg récupère et sert Paillaugue. Le numéro neuf feinte la passe sur un pas avant de s’engouffrer malicieusement dans la défense adverse. Quelle inspiration ! En plus d’avoir marqué sa première réalisation de la saison en Top14, la « Paille » a également été l’auteur d’un cinq sur six dans ses tentatives face aux perches (treize points).

La fiche technique

À Grenoble – Vendredi 19 h 45 – 12 100 spectateurs

Arbitre : M. Minery (Périgord-Agenais).

Évolution du score : 0-3, 3-3, 6-3, 6-6, 6-13, 9-13 (M.T) ; 12-13, 12-16, 12-23, 19-23, 19-30

Grenoble : 1E de pénalité (71e) ; 1T Bosch (71e) ; 4P Wisniewski (10e, 15e, 40e, 50e)

Carton jaune : Best (35e)

Non entrés en jeu : 20. Saseras, 22. Mignot

Montpellier : 3E Paillaugue (37e), de pénalité (64e), O’Connor (79e) ; 3T Paillaugue (37e, 64e), Trinh-Duc (79e) ; 3P Paillaugue (7e, 34e, 56e)

Carton jaune : Galletier (70e)

Non entré en jeu : 21. Lucas

Grenoble : 15. Aplon ; 14. Dupont, 13. Willison, 12. Hunt, 11. Batlle ; 10. Wisniewski (21. Bosch, 70e), 9. McLeod ; 7. Best, 8. Grice, 6. Setephano (19. Diaby, 64e) ; 5. Roodt, 4. Hand (cap.) (18. Marie, 41e) ; 3. Edwards (23. De Klerk, 48e), 2. Heguy (16. Hegarty, 64e), 1. Coulson (17. Dardet, 64e)

Montpellier : 15. Mogg ; 14. Fall (22. Tuitavake, 68e), 13. Nagusa, 12. Smith, 11. O’Connor ; 10. Trinh-Duc, 9. Paillaugue (20. White, 64e) ; 7. Mowen (cap.), 8. Galletier, 6. Liebenberg (19. Qera, 41e) ; 5. Willemse, 4. Tchale-Watchou (18. Battut, 72e) ; 3. Cilliers (23. Van der Linde, 41e ; Cilliers, 68e), 2. Ivaldi (16. Géli, 54e), 1. S. Van der Merwe (17. Nariashvili, 41e)

LES BUTEURS

Wisniewski : 4P/5, Bosch : 1T/1 ; Paillaugue : 2T/2 ; 3P/4 ; Trinh-Duc : 0DG/1, 1T/1

LES MEILLEURS

A Grenoble : Wisniewski, Roodt ; à Montpellier : Paillaugue, Trinh-Duc, Tchale-Watchou, O’Connor

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?