XV de France : une journée particulière...

  • XV de France : une journée particulière...
    XV de France : une journée particulière...
Publié le , mis à jour

Les Bleus ont explosés en vol face à des Néo-Zélandais tout simplement énormes dans cette partie. Neuf essais encaissés pour les hommes de Philippe Saint-André qui n'ont réellement rien pu faire. L'aventure s'arrête pour les Bleus...

Fin du match : C'est enfin terminé pour les Bleus ... Après une telle désilusion, il était presque temps que le coup de sifflet final de Nigel Owens arrive. Immense déception pour les Bleus qui quittent ce Mondial par la petite porte... Les Blacks ont réalisé le match parfait sous tous les points de vue. Face aux Sud-Africains en demi-finale, les All Blacks auront fort à faire et cela promet une très belle affiche.

68e : Le staff tricolore fait entrer du sang neuf notamment en mêlée mais cela ne change rien pour les Français. Les Blacks les dominent en tout point et semblent être sur un véritable nuage ce soir. Après un essai de Kieran Read, c'est Tawera Kerr-Barlow qui a inscrit son doublé en l'espace de trois minutes. 62-13 après la transformation de Dan Carter, jamais les Français n'ont subit une telle désilusion face aux Néo-Zélandais en Coupe du monde. Et ce n'est malheureusement pas encore fini pour les hommes de Philippe Saint-André...

59e : De nouveau à 15 après le retour sur la pelouse de Louis Picamoles, les Bleus n'y arrivent quand même pas... Sur un nouveau ballon perdu de Noa Nakaitaci, le ballon arrive jusqu'à l'aile ou l'énorme Savea navigue sur la ligne de touche et s'en va seul aplatir le sixième essai des Blacks sans être inquiété le moins du monde par la défense bleue.

51e : Et la sanction ne se fait pas attendre ! Réduits à 14 les Français ont bien du mal à arrêter les Blacks très impressionnants. Ben Smith créé un trou dans la défense mais est arrêté à 10 mètres. Finalement c'est Jérôme Kaino marque le cinquième essai des Blacks. C'est un véritable festival du côté néo-zélandais !

47e : Les Bleus avancent jusqu'aux 22 mètres des Blacks sous les "Allez les bleus" du public. McCaw se met à la faute et les esprits s'échauffent. Picamoles réalise un réel mauvais geste en portant un coup au visage du capitaine néo-zélandais. Sans grande surprise, l'auteur du seul essai français écope d'un carton jaune et quitte ses partenaires pour dix minutes. Double peine pour les Bleus, Nigel Owens retourne la pénalité. De nouveau un coup dur pour le XV de France ...

44e : Les Français sont revenus sur le terrain avec de très belles intentions. Fofana a créer une brèche et bien avancé, les Bleus en rouge ce soir ont suivis et ont pu se rapprocher de la ligne. Malheureusement, les Blacks ont fini par récuperer la balle. En revanche, la touche française souffre beaucoup. Déjà trois ballons perdus sur lancé bleu ...

Mi-temps : Les hommes de Steve Hansen n'ont pas mis longtemps à réagir après l'essai de Picamoles. Sur une chandelle de Carter, Ben Smith récupère dans les bras de Picamoles qui reste au sol. Le ballon file vers l'aile ou Julian Savea lancée à pleine puissance écarte Noa Nakaitaci puis Scott Spedding pour marquer en coin le deuxième essai de sa soirée. Carter manque la transformation mais les Blacks sont tout de même à 16 points d'avance à la mi-temps. Les organismes semblent souffrir mais, poussés par un public de folie à Cardiff, les Bleus reviendront avec les meilleures intentions pour la seconde période.

36e : Malgré la nette domination des Blacks, les Français ne se contentent pas de les regarder jouer, bien au contraire. Sur une très longue action, les Tricolores se sont retrouvés dans les 22 mètres des Blacks pour la première fois et cela à payé ! A la sortie d'un regroupement, Morgan Parra adresse une passe à Bernard Le Roux qui ne la capte pas mais derrière Louis Picamoles capte le cuir et fonce en direction de l'en-but. Malgré le retour des Blacks, le troisième ligne toulousain passe en force et inscrit le premier essai des Bleus qui se relancent et font exploser les supporters français de joie. Quel match !

 

29e : La puissance et l'intelligence de jeu des Blacks semblent avoir clairement pris le dessus sur les Bleus. Sur une action française, les Blacks récupèrent le ballon et sur l'aile de Brice Dulin, Ma'a Nonu et Nehe Millner-Skudder naviguent dans la défense et l'ailier des Hurricanes aplati un superbe essai. Les Français ne lâchent rien malgré la transformation de Carter mais trop de brèves dans la défense des Bleus et les Néo-Zélandais passent sans trop de problèmes. Avant la demi-heure de jeu, Dan Carter offre une superbe chistera à Julian Savea qui inscrit le troisième essai de la rencontre. Cela commence à faire beaucoup pour le XV de France...

17e : Transformé par Dan Carter, l'essai du deuxième ligne permet aux champions du monde en titre de prendre un peu d'avance au score. Rémi Tales a remplacé Michalak à l'ouverture. Ce dernier s'est tout de suite dirigé vers les vestiaires, salués par le banc néo-zélandais, conscients que la France avait perdu gros avec cette sortie. Suite à ce coup dur, c'est Morgan Parra qui devient le buteur des Bleus. Le demi de mêlée clermontois offre trois points supplémentaires avant de manquer un coup de pied qui semblait assez facile à 22 mètres presque en face des perches. Menés de quatre points, les Bleus sont tout de même bien dans le match et montrent de réelles envies notamment par Noa Nakaitaci et Louis Picamoles.

12e : La possession est néo-zélandaise à 80%. Malgré tout, les Français sont bien présents, poussés par les 20 000 supporters tricolores présents dans les tribunes de Twickenham. Sur une faute au sol de Thierry Dusautoir, Dan Carter a la possibilité d'ouvrir le score pour les Blacks et face aux poteaux, il ne tremble pas. Quelques instants plus tard, c'est Scott Spedding qui réalise un énorme coup de pied de plus de 50 mètres. Aidé par le poteau rentrant, le néo-clermontois permet à la France de revenir tout de suite au score pour le plus grand bonheur du stade qui hurle. Pourtant, deux minutes plus tard, premier coup du sort pour les Bleus... Sur un coup de pied, Frédéric Michalak se fait contrer par Retallick qui file seul vers l'en-but. Double peine, le demi d'ouverture s'est claqué sur la retombée et quitte le terrain prématurément. Gros coup dur pour les Bleus.

5e : Les Néo-Zélandais ont mis la main sur la ballon dès le début et ne l'ont toujours pas lâché. En défense, les Bleus sont bons et ne permettent pas aux Blacks de passer. Pas de doute, les deux équipes sont au rendez-vous ! Petit point négatif tout de même pour les Français, un premier lancé en touche perdu. 

Heure H : Comme attendu, les Tricolores ont de nouveau affronté les All Blacks. Après le tête à tête (2007) et le V de la victoire en finale (2011) les Français ont affronté le haka. Mais beaucoup plus sobres, le XV de France 2015 s'est mis sir la ligne des 40 et à arboré un sourire béhant, comme « contre-haka ». Si elle ne leur permet pas forcément de prendre l'ascendant psychologique, il pourrait en tout cas permettre d'éviter que les Blacks le prenne avant même que la rencontre ne démarre. Alors ce contre-haka, aussi sobre soit-il, donnera-t-il une quelconque chance aux joueurs de Philippe Saint-André ? Réponse dans 80 minutes.

Haka : France - Nouvelle-Zélande par midiolympique

H-1 : Le bus des Bleus est arrivé au Millenium !

 

L'après-midi des Bleus :

Comme la semaine dernière, les Bleus n’ont pas eu besoin de jeter un regard vers le ciel à leur réveil pour savoir de quoi leur sort serait fait, le toit du Millennium Stadium évitant bien des désagréments. Réveillés autour de huit heures, les Bleus ont observé leurs habitudes traditionnelles en nocturne, au lendemain d’une remise de maillots effectuée vendredi soir. « Pour tous les matchs, on garde une certaine routine, expliquait Frédéric Michalak. C’est toujours pareil, en fait. On prend une première collation en milieu de matinée, puis ceux qui parviennent à dormir effectuent une petite sieste. D’autres tuent le temps en jouant aux cartes… Et généralement, en fin de matinée ou en début d’après-midi, on effectue une petite promenade. » Un « dégourdissement des jambes » qui a cette fois pris la forme d’un tour du golf du Celtic Manor, avant un ultime discours du capitaine Thierry Dusautoir. Rien que de bien traditionnel, au final, avant une arrivée au stade aux alentours de 18 heures. Le moment des derniers appels ou échanges de texto avant l’extinction des appareils obligée par World Rugby, à cinquante minutes du coup d’envoi. Le début de l’échauffement, et donc du rendez-vous attendu par tout le monde.

mo admin
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?