Une vingtaine de demi-finalistes estampillés Top 14

  • Une vingtaine de demi-finalistes estampillés Top 14
    Une vingtaine de demi-finalistes estampillés Top 14
Publié le , mis à jour

Le rugby français sera quand même largement représenté dans le dernier carré de la Coupe du Monde. Notre Top 14 n’est peut-être pas si nul.

Les demi-finales de la Coupe du Monde vont se dérouler sans la France et même sans équipe de l’Hémisphère Nord. Est-ce que cela signifie que les championnats du vieux monde sont nuls ? Le Top 14 est-il une imposture comme l’a déclaré Graham Henry ? Nous n’irons pas si vite en besogne. Nous remarquerons quand même dans le dernier carré de cette Coupe du Monde figurent quelques joueurs qui vont évoluer ou évoluent déjà dans des clubs français. Nous en avons dénombré 18, parmi eux les Toulonnais Drew Mitchell, Matt Giteau et Bryan Habana, Morne Steyn qui est au Stade Français et les Argentins Juan Imhoff (Racing), Juan Fernandez-Llobe (Toulon). À ce club des six, on doit ajouter les Argentins Tomas Lavanini (ex-Racing) ; Juan-Martin Hernandez et Nicolas Sanchez (Toulon) qui sortent eux aussi d’une saison en France mais qui doivent retourner au pays après le Mondial.

Côté néo-zélandais, il n’y a que des futurs pensionnaires mais tout ça ne peut que relativiser le climat de défiance qui règne en ce moment et qui est censé expliquer la déconfiture du XV de France. Il pourrait très bien y avoir un champion du monde issu d’un club français, il y aura à coup sûr un finaliste. Et puis, comment imaginer qu’un Carter ou qu’un Bismark Du Plessis deviennent tout d’un coup archi-nuls parce qu’ils auront posé leurs valises en France ? Ou que nos entraîneurs (dont certains viennent de l’Hémisphère Sud) seraient tellement incompétents qu’ils les feraient jouer en dépit du bon sens ? Graham Henry est sans doute allé un peu loin dans ses propos quand il traite le Top 14 de « compétition ridicule ». À noter que six de ces joueurs porteront le maillot de Toulon la saison prochaine, faisant du RCT un vrai ogre du rugby mondial. Il n’est pas non plus interdit de penser que le mauvais côté de cet exode réside dans le fait qu’il empêche les jeunes talents français de s’exprimer. Ou alors mettre les mauvais résultats du XV de France entièrement sur le dos du staff technique de Philippe Saint-André.

Les demi-finalistes liés au Top 14 :

Argentine

Juan Fernandez-Lobbe (Toulon) ; Juan Imhoff (Racing 92)

Afrique du Sud

Bryan Habana, Duane Vermeulen, (Toulon) ; Jannie et Bismarck Du Plessis (Montpellier) ; Morne Steyn et Willem Alberts (Stade Français).

Nouvelle-Zélande

Dan Carter (Racing) ; Ma’a Nonu (Toulon) ; Colin Slade et Conrad Smith (Pau).

Australie

Sekope Kepu, Adam Ashley-Cooper (Bordeaux) ; Drew Mitchell, Matt Giteau, Quade Cooper, (Toulon), Will Genia (Stade Français).

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?