Demi-finales : Les statistiques en disent long

  • Demi-finales : Les statistiques en disent long
    Demi-finales : Les statistiques en disent long
Publié le / Mis à jour le

Après deux demi-finales de Coupe du monde bien différentes l’une de l’autre mais tout aussi intéressantes, il est temps de faire le point côté chiffre. Et il y a quelques surprises…

Les All Blacks avaient ouvert le bal ce samedi face aux Sud-Africains. Dans un match très disputé, les Néo-Zélandais de Steve Hansen ont inscrit les deux essais du match tandis que les Boks s’en remettaient à la patte d’André Pollard puis de Pat Lambie. En vain. Il aura manqué trois petits points de plus pour passer devant au score. Malgré tout, cette victoire est logique au vu des statistiques en faveur de la Nouvelle-Zélande pour la plupart. En effet, en termes de possession de balle et d’occupation du terrain, la différence n’est pas énorme mais ce sont bel et bien les Néo-Zélandais qui mènent la danse.

En revanche, concernant les autres statistiques de la rencontre, les Sud – Africains leur ont posé quelques soucis dans certains secteurs comme celui de la mêlée. Pas énorme non plus puisque, certes les Boks ont remporté 100 % de leurs sept mêlées, mais les Blacks n’en ont perdu qu’une sur cinq. En revanche côté mètres parcourus sur le terrain, la différence est flagrante, ce qui explique les deux essais inscrits par Kaino et Barrett contre aucun en face. En revanche, le nombre de pénalités concédées est bien plus élevé côté Néo-Zélandais, ce qui concorde parfaitement avec le fait que la totalité des points marqués par les Sud-Africains proviennent de pénalités converties avec succès par les deux buteurs. Du côté des plaquages, il est vrai que les Springboks en ont manqué plus (131/151) mais ils ont aussi beaucoup plus fait tomber leurs adversaires (83/86).

Des statistiques à l’envers

Lors de la deuxième demi-finale qui s’est déroulée dimanche, les Australiens ont vaincu les Pumas argentins. Attristés de quitter ce Mondial, les hommes de Daniel Hourcade peuvent tout de même être fiers d’avoir réalisé une Coupe du monde quasi parfaite. D’ailleurs même lors de cette demi-finale perdue, les chouchous de Diego Maradona, présent en tribune, ont dominé les débats. Tout d’abord au niveau de la possession et de l’occupation. Ces deux statistiques tournent à la faveur des Argentins.

Et ce n’est pas tout. Dans tous les secteurs de jeu, les Pumas ont dominé Stephen Moore et ses coéquipiers. A commencer par le nombre de mètres parcourus. La différence entre les deux équipes est assez saisissante. Il faut dire que l’ailier Santiago Cordero a franchi de nombreuses fois (106 mètres parcourus à lui seul) sans pour autant aller au bout. En ce qui concerne les mêlées, face au pack australien très solide depuis le début de la compétition, les Pumas ne se sont pas démontés, bien au contraire. Ils ont même fait craquer les Wallabies sur deux de leurs introductions en mêlée sur six. Mais, une fois de plus, les chiffres ne reflètent pas vraiment la partie à laquelle les amateurs de rugby ont assisté ce dimanche. Mais ce qui est certain c’est que les Pumas peuvent avoir des regrets, car ils avaient les cartes en main pour faire mieux.

La finale opposera donc pour la première fois de l’histoire la Nouvelle-Zélande à l’Australie. Une affiche qui promet de très belles choses. De leur côté les Pumas affronteront les Sud-Africains pour la troisième place. Un match qui peut paraître anecdotique mais nul doute que ces derniers mouilleront le maillot une dernière fois pour rentrer la tête haute en Amérique du sud. J.E.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir