Bloqué par la WRU, Faletau n’ira pas à Bath

  • Bloqué par la WRU, Faletau n’ira pas à Bath
    Bloqué par la WRU, Faletau n’ira pas à Bath
Publié le , mis à jour

La fédération galloise a finalement pris la décision de ne pas libérer son joueur avant la fin de son contrat. Une conséquence de la « loi Gatland ». Explications.

Le troisième ligne gallois ne pourra donc pas quitter son club de Newport. Comme nous le révélions dans notre édition du 26 octobre Bath était prêt à racheter la dernière année de contrat de Tobe Faletau (24 ans, 53 sélections) moyennant une somme d’environ 200 000 euros. Pourtant l’opération ne se concrétisera pas, la fédération refusant de libérer le joueur. Une conséquence de la « loi Gatland », s’intitulant en réalité « politique de sélection des joueurs en sélection galloise. » Cette politique mise en place en mai dernier a pour objectif de garder les joueurs dans le pays. Pour espérer porter le maillot du XV du poireau il faut désormais jouer dans un club gallois. Cette mesure ne s’applique évidemment pas aux joueurs déjà sous contrat avant la mise en place de cette loi. Ainsi Leigh Halfpenny à Toulon ou George North à Northampton peuvent continuer à évoluer hors de leurs frontières. À l’issue de leur engagement, ils devront en revanche s’engager dans leur pays. La fédération s’autorise également le droit de distribuer deux « Wildcards » pour sélectionner des joueurs n’entrant pas dans ses critères. Rhys Priestland et Jamie Roberts en étaient les derniers détenteurs.

Pas de place, donc, à un mouvement de Faletau vers Bath. Sauf que la récente retraite internationale de Priestland avait précipité les choses. L’ouvreur gallois voulant se concentrer sur son club… De Bath… Une wildcard devient donc disponible. À un an du terme du contrat de Faletau, son club des Newport Dragons ne se serait pas privé de la belle indemnité de plus de 200 000 euros et Bath récupérait l’un des meilleurs troisième ligne de l’hémisphère. Sauf que la WRU en a décidé autrement, alors qu’une réponse favorable était attendue la fédération galloise a donc décidé d’être ferme. Newport passe à côté de son indemnité. Faletau de son côté sera libre de s’engager à l’étranger en fin de saison, en faisant une croix sur la sélection. Pourtant la WRU ne l’entend pas de cette oreille. Forte d’un nouveau contrat de 45,6 millions d’euros avec la firme américaine Under Armor, la fédération galloise s’est donnée un an pour convaincre Faletau de signer un contrat fédéral. Reste désormais à savoir dans quel état d’esprit se trouve le joueur après ce refus. Tobe Faletau devra faire un choix dans les prochains mois et ne manquera certainement pas de courtisans…

Par Pierre-Olivier Chirol

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?