2003 : Wilko’s Time

  • 2003 : Wilko’s Time
    2003 : Wilko’s Time
Publié le , mis à jour

Si l’image de Jonny Wilkinson réussissant son drop reste dans les mémoires on oublie trop souvent qu’il a failli ne pas terminer le match ...

Australie — Angleterre : 17 — 20

Si Sydney rêvait de voir ses Wallabies triompher, les éléments eux-mêmes semblaient souhaiter une victoire anglaise. La pluie fine s’abattant sur le Telstra Stadium réduisait à néant les ambitions de jeu australiennes. Une aubaine pour les terribles avants anglais. Ridicules en 1997 au moment où Clive Woodward est nommé sélectionneur la courbe de performance anglaise, très linéaire, va les emmener à être au top de leur forme au moment de cette Coupe du monde. Pourtant si dominant, le travail de sape anglais n’est pas converti immédiatement par Jonny Wilkinson. À plusieurs reprises l’ouvreur de Newcastle ne prend pas l’initiative de tenter un drop-goal. Il faudra attendre le terme des prolongations pour qu’il utilise sa botte secrète.

Cinq années de travail se sont donc retrouvées suspendues à la botte de Jonny Wilkinson. Et pourtant, le serial buteur anglais aurait très bien pu ne pas finir cette finale. Rappelez-vous cette 25e minute où Wilkinson restait KO après un plaquage sur un jeune australien du nom de Matt Giteau. Le Wallaby déclarera même plus tard : « Je pensais qu’il était blessé, qu’il ne se relèverait pas et que j’allais être le héros de la finale. Mais il est revenu… » Avec les règles en vigueur en 2015, il aurait probablement été soumis au protocole commotion et rien ne dit que le héros Wilkinson aurait pu retrouver sa place sur la pelouse.

P-O.C

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?