Daniel Carter, encore (et toujours) plébiscité !

  • Daniel Carter, encore (et toujours) plébiscité !
    Daniel Carter, encore (et toujours) plébiscité !
Publié le , mis à jour

L’ouvreur néo-zélandais, grand artisan de la victoire des Blacks a été élu meilleur joueur de l’année 2015 par World Rugby. Salué pour la troisième fois de sa carrière, le futur ouvreur du Racing 92 quitte les All Blacks de la plus belle des manières.

Aussi étrange que cela puisse paraître Daniel Carter (33 ans, 112 sélections) a disputé et remporté sa première finale de Coupe du monde ce samedi. Artisan incontesté et incontestable de cette victoire historique des All Blacks Carter a été élu joueur de la saison 2014-2015 par le World Rugby. C’est la troisième fois de sa carrière que l’ouvreur néo-zélandais est honoré de ce titre. Ses 19 points inscrits en finale contre l’Australie ont été décisifs notamment son drop et sa pénalité en fin de match. Relativement critiqué tout au long de la saison, et auteur de performances moyennes en Super XV à l’image de sa franchise des Crusaders, Daniel Carter s’est sublimé lors de cette Coupe du monde. S’il n’est que le 3ème meilleur marqueur de la compétition, à égalité avec Bernard Foley, derrière Handré Pollard et Nicolas Sanchez il a tout de même inscrit des points cruciaux au bon moment et a surtout été le métronome de cette équipe des All Blacks. Se muant en parfait gestionnaire du jeu néo-zélandais notamment dans les temps faibles.

Plus que jamais meilleur réalisateur de l’histoire

Steve Hansen avait donc vu juste, ménager son ouvreur et l’utiliser sur les matchs cruciaux. D’autant plus que l’ouvreur All Black n’a pas été épargné par les blessures durant les quatre dernières saisons et notamment cette saison. Le sélectionneur néo-zélandais a tout de même continué à lui faire confiance et cela s’est avéré être un choix payant. Daniel Carter n’a effectivement disputé que 12 matchs en 2014 – 2015 mais il a joué et pesé lors des trois matchs les plus cruciaux (17 points en quart, 10 en demi et 19 en finale).

Avec 1 598 points inscrits sur la scène internationale, Dan Carter est le meilleur réalisateur de l’histoire du rugby loin devant Jonny Wilkinson. Jonathan Sexton et Leigh Halphpenny les meilleurs réalisateurs encore en activité sont loin derrière, et il est peu probable qu’ils parviennent rattraper le maestro néo-zélandais. À l’instar de Serguei Bubka qui a conservé son record du monde pendant 20 ans, Daniel Carter détiendra sûrement ce record encore pour quelques années.

 

Et maintenant, une fin de carrière en apothéose au Racing 92 ?

Avec ses 112 sélections, dont 106 titularisations et avec un ratio de 89 % de victoires sous le maillot flanqué de la Fougère argentée, 8 titres en Tri/Four Nations, il est également quadruple vainqueur du Super Rugby avec les Crusaders et vainqueur de la NPC (coupe des provinces néo-zélandaises) ainsi que champion du monde à deux reprises en 2011 et 2015, Daniel Carter possède l’un des plus beaux pedigrees du rugby mondial. Enfin, on l’oublie souvent, mais lors de son passage à Perpignan en 2009, il a été sacré champion de France. Il n’a certes joué que cinq matchs à cause d’une rupture partielle du tendon d’Achille, il n’a donc pas disputé la finale ainsi qu’une bonne partie de la saison, cependant il est tout de même champion de France ! En décembre prochain, il lancera une nouvelle aventure en France au Racing 92 cette fois. Dès lors il n’est pas impensable que le meilleur réalisateur de l’histoire du rugby puisse encore ajouter quelques lignes à son palmarès que ce soit en Top 14 ou en Coupe d’Europe. Jacky Lorenzetti ne serait assurément pas contre cela. M. L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?