Laurent Garnier: «L’équipe de France est mentalement faible»

  • Laurent Garnier: «L’équipe de France est mentalement faible»
    Laurent Garnier: «L’équipe de France est mentalement faible»
Publié le , mis à jour

L’équipe de France peut-elle battre l’Écosse ? En cas de succès sur une marge assez large, cela pourrait lui offrir une première place à la condition aussi que le pays de Galles s’incline au même moment en Irlande. Avant la réception des Écossais en Avignon, Laurent Garnier, entraîneur de Palau et consultant sur BeIN Sports, s’explique.

L’équipe peut-elle battre l’Écosse ?

Honnêtement, elle a les moyens techniques, physiques et les qualités pour s’imposer face à cette formation écossaise. En revanche, elle est mentalement faible.

Elle reste sur deux sérieux revers face à l’Angleterre, avec ce score de 84-4. Vendredi dernier, il y a eu cette défaite face aux Gallois (6 -14)…

Au regard de la prestation française à Cardiff, je me suis aperçu que les Français n’avaient pas évacué cette déroute face à l’Angleterre. Psychologiquement, les Tricolores étaient absents. Par la force des choses, cela s’est retrouvé sur la qualité du jeu proposé. Le contenu était vide et dépourvu de toute stratégie. La défaite est tout à fait logique. Samedi, il faut que ce groupe se mobilise et que tout le monde tire dans le même sens. Pour l’heure, je m’aperçois que le mouvement treiziste français n’est pas solidaire. En ce moment, il cherche des boucs émissaires plutôt que de se concentrer sur la mise en place de ce match face à l’Écosse.

Que vous inspire cette formation écossaise ?

Cette année, elle a perdu ses deux matchs du Tournoi (12-18 contre le pays de Galles ; 22-24 contre l’Irlande, N.D.L.R.). Elle n’a plus aucune chance pour accéder à la première place. Mais, ce n’est pas pour autant que les Écossais vont venir en France avec la fleur au fusil. Rappelons que l’an dernier, ils ont remporté ce challenge européen. C’est une équipe à la culture anglo-saxonne. C’est-à-dire qu’elle a un jeu bien en place. Un jeu bien étudié et bien calibré par les joueurs. Une fois qu’ils sont sur la pelouse, ils savent ce qu’ils ont à faire. L’atout de cette équipe, c’est le capitaine Danny Brough qui évolue au poste d’ouvreur et demi de mêlée à Huddersfield. C’est un leader naturel, un guerrier, un fédérateur qui tire cette équipe vers le haut. Aux dernières nouvelles, il est blessé à la main. Normalement, il ne devrait pas jouer. Son absence pourrait faire le bonheur de l’équipe de France.

Malgré la défaite au pays de Galles, pensez-vous que le public répondra présent ?

Avignon est une grande terre treiziste. La Provence est une terre fertile pour le rugby à XIII, elle a donné aux meilleurs clubs français de bien belles pépites. À mon sens, le public avignonnais va répondre présent, car il aime par-dessous tout le rugby à XIII. C’est un public de connaisseur et cocardier. Il va pousser derrière l’équipe de France. Aussi, dans cette équipe, il y a Tony Gigot, un enfant du pays et qui a fait une excellente saison avec les Dragons catalans. En Avignon, l’équipe de France est vraiment chez elle.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?