Boudjellal : «Nous visons la quatrième place désormais»

  • Boudjellal : «Nous visons la quatrième place désormais»
    Boudjellal : «Nous visons la quatrième place désormais»
Publié le , mis à jour

Le président varois n’a pas apprécié l’attitude de ses joueurs au stade des Alpes. Il revient sur le début de saison de ses troupes et fixe le nouveau cap pour la suite.

Quel est votre sentiment quant à la défaite de votre équipe à Grenoble, dimanche (33-29) ?

C’est un match que l’équipe pouvait gagner. Ce qui m’énerve, c’est la suffisance que les joueurs ont affichée. En début de seconde mi-temps, j’ai eu le sentiment qu’ils ont levé le pied et qu’ils se sont dit qu’ils accéléreraient s’il le fallait. Il faut qu’ils arrêtent de se prendre pour d’autres. Tous ceux qui jouent avec le maillot n’ont pas décroché les trois étoiles qui sont dessus. Il faut qu’ils en soient dignes.

Êtes-vous monté au créneau en ce début de semaine ?

Non, je laisse faire Bernard Laporte. J’ai été assez occupé par l’accueil des nouveaux joueurs et par leur qualification pour le match de Montpellier en ce qui concerne Tom Taylor et Quade Cooper. J’espère qu’ils seront aptes. À Bath, la semaine prochaine, l’équipe ressemblera enfin à ce que nous voulions avec le retour des Mondialistes. Il ne manquera plus que Nonu, Halfpenny et O’Connell…

Vous êtes aussi occupés par la recherche de jokers médicaux…

Ce n’est pas facile à trouver. Nous regardons dans le Sud. Et il y a des clubs qui ont des difficultés. On pourrait les aider en leur faisant libérer des joueurs…

La période Coupe du monde se termine. Quel bilan tirez-vous de ce début de saison que vous avez tant craint ?

Nous sommes huitièmes avec dix-sept points. Le RCT ne joue pas non plus le maintien. L’équipe est toujours en course même si ce n’est plus pour les deux premières places. Mais avec le temps, on se rend compte que le classement ne sert pas à grand-chose. Qui se souvient que nous avons fini premiers la saison dernière ?

Avez-vous des regrets quant à cette période ?

Tout le monde savait que ce début de saison serait dur. Le principal responsable est sûrement moi. Je n’ai pas assez anticipé cette situation. Ma seule excuse est qu’il y a eu des sélectionnés tardifs et qu’il était dur de pallier leur absence. Il y a eu un double problème par la suite avec une avalanche de blessés. À Brive, il y avait vingt-sept absents. Même pour le RCT, ça fait beaucoup. Sans oublier un arbitrage très discutable. Même le patron des arbitres a reconnu qu’il y avait faute sur les deux essais brivistes… On s’est senti Écossais ce jour-là.

Le barrage à domicile est-il votre nouvel objectif ?

Oui, nous visons la quatrième place désormais. Si le RCT ne finit pas dans les six, avec le budget qui est le nôtre, j’aurais de toute manière loupé ma saison. Et j’assumerai vraiment cet échec. Contrairement à d’autres qui disent qu’ils assument mais ne font rien… Je ne vois plus ce que j’aurais à faire dans ce club. Je le dis haut et fort : « Il faudra que je m’en aille s’il n’y a pas de qualification. »

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?