Calamel : « Seule la victoire est belle »

  • Calamel : « Seule la victoire est belle »
    Calamel : « Seule la victoire est belle »
Publié le , mis à jour

Les Carcassonnais ne le nient pas, ils n’ont pas fait un bon match contre Bourgoin vendredi soir, loin de là, mais ils se satisfont d’une précieuse victoire qui leur offre un tout petit peu d’air au classement.

Au terme d’un match étriqué et tendu, durant lequel les deux équipes ont globalement peu tenté, les Carcassonnais se sont imposés dans les derniers instants de la rencontre grâce à une cinquième pénalité de Berchesi (15 – 13). Avant-derniers avant la recnontre, ils sont désormais 12èmes, mais à seulement un point du 15ème, Bourgoin l’adversaire du soir. Après la rencontre, Frédéric Calamel, président de l’USC, conscient des manquements de son équipe a donc déclaré : « il nous fallait quatre points ce soir, on les a eus difficilement. On aurait dû aussi les avoir vendredi dernier [défaite d’un point à Aix-en-Provence N.D.L.R] […] donc seule la victoire est belle ce soir ». Et Christian Gajan d’ajouter : « Cela a été difficile, on a joué petit-bras en deuxième mi-temps, mais l’essentiel c’est de gagner et de retrouver des ressources. ». Pour conclure, Frédéric Calamel a voulu se projeter : « on prend quatre points au classement, cela va faire du bien à nos têtes et l’on ira sans pression à Béziers vendredi prochain. »

Bourgoin : le coup passa si près…

Jusqu’à la 77e minute, les Berjalliens avaient presque réalisé le match parfait à l’extérieur, menant encore 13 à 12. Ils ont finalement échoué et sont venu mourir à deux points des Carcassonnais après l’ultime pénalité de Felipe Berchesi. Pas étincelants, mais efficaces et s’appuyant sur le jeu au pied long de Jérôme Bosviel, les protégés du duo Laïrle – Péclier n’étaient pas loin de refaire un coup comme à Tarbes il y a deux semaine. Cela n’a finalement pas été le cas. Une défaite qui les replonge dans la zone de relégation. De ce fait on a senti beaucoup de déception et d’amertume dans le vestiaire ciel-et-grenat. A l’image de Jean-François Coux, capitaine, et décisif sur l’essai de Puyo, le seul de la partie : « On aurait pu le faire, on score quand il faut scorer, mais finalement on perd. On perd tous ensemble. C’est dommage après nos deux dernières victoires on commençait à nous craindre un peu. » Toutefois, Mickael Recordier, conscient des qualités du groupe a voulu préciser : « Je crois qu’il ne faut rien changer, avoir confiance en nous, pour se projeter sur la réception d’Aurillac. » M. L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?