Andy Farrell/Sam Burgess, destins semblables

  • Andy Farrell/Sam Burgess, destins semblables
    Andy Farrell/Sam Burgess, destins semblables
Publié le , mis à jour

Comme l’ancien centre de Bath, Andy Farrell était une star du rugby à XIII, et est passé à XV. Comme Burgess, Farrell a d’abord été placé en troisième ligne avant de glisser au centre et comme Burgess, le père Farrell disputa une Coupe du monde à XV et mit ensuite un terme à sa carrière internationale embryonnaire.

Il a été au cœur de l’actualité du XV de la Rose, durant la Coupe du monde 2015 que ce soit à propos de sa possible influence sur Stuart Lancaster pour titulariser notamment son fils, Owen mais aussi Sam Burgess. Mais également à propos du fait qu’en compagnie de Graham Rowntree, ils ont approché et parlé aux arbitres de la rencontre Angleterre – Australie. Une actualité peu glorieuse pour celui qui fut une star du rugby à XIII britannique pendant 13 ans entre 1991 et 2004. Lui qui commença à 16 ans, avec le club de Wigan. À 18 ans il remporte la Coupe d’Angleterre de rugby à XIII, il est le plus jeune joueur à le faire. Personne ne peut nier qu’il est une des légendes du rugby à XIII, vainqueur d’une Super League, et de 4 coupes d’Angleterre il a également disputé deux coupes du monde. Capitaine de Wigan dès l’âge de 21 ans, il a disputé 370 matchs avec son club et inscrit 3135 points et ils comptent 34 sélections avec la sélection britannique dont il a été le capitaine à plusieurs reprises. Enfin, il a été élu en 1996 et en 2004 Man of Steel de la Super League. En 1996, il fut le plus jeune joueur à être honoré de cette récompense. En 2004, cette récompense et le Golden Boot (meilleur joueur du monde) résonnaient comme un adieu au rugby à XIII puisque la saison suivante, il a suivi la mode de nombreux treizistes qui sont allés s’essayer au rugby à XV. Son point de chute… le club des Saracens avec l’accord de la Fédération anglaise de rugby à XV qui le considérait comme un potentiel international.

Un parcours à XV semé d’embûches

Il y retrouva une connaissance. En effet, l’ancien treiziste, Mike Ford est devenu entraîneur principal en 2005 des Saracens. Andy Farrell se disait content et impatient de travailler avec celui qu’il surnommait « Fordy ». Les débuts de la légende treiziste dans le club londonien ont été quelque peu tumultueux. Son début sur les terrains, a été plusieurs fois repoussé à cause de ses blessures et d’accidents dont un accident de voiture. Il joua son premier match seulement le 17 septembre 2006 face à Newcastle en tant que remplaçant au poste de troisième ligne. Tout comme Sam Burgess, dans son club, Andy Farrell était plutôt utilisé à ce poste de flanker tandis que la sélection anglaise aurait aimé le voir au centre. Face à une pénurie de joueurs à ce poste durant la tournée d’automne 2006, et à un an de la Coupe du monde 2007, Brian Ashton décidé de faire appel à lui pour le Tournoi des 6 Nations 2007. Il joue trois matchs titulaire contre l’Écosse, l’Italie et l’Irlande. Visiblement satisfait par Farrell, Brian Ashton le sélectionna pour la Coupe du monde en France. Ce dernier disputera trois matchs de poule, et inscrira un essai contre le Tonga. Pour ce qui sera sa dernière sélection avec le XV de la Rose. Une fin en queue de poisson. Après la Coupe du monde, Farrell a joué jusqu’en 2009 avec les Saracens avant d’annoncer sa retraite. Entre 2005 et 2009 il aura joué 28 matchs avec les Saracens et 8 matchs avec le XV de la Rose, un bilan très maigre… Andy Farrell a eu du mal à s’adapter aux exigences tactiques qu’impose le rugby à XV. Toutefois, l’histoire des Farrell a continué à s’écrire dans le giron du XV puisqu’Owen, le fils d’Andy, est depuis quelques années l’ouvreur indiscutable des Saracens et un des cadres du XV de la Rose. Andy, quant à lui, a d’abord entraîné les Saracens en tant que coach assistant jusqu’en 2012 avant d’entraîner aux côtés de Stuart Lancaster. Le passage de Sam Burgess à XV ressemble donc à celui d’Andy Farrell à ceci près, que ce dernier est indéniablement une légende du rugby à XIII. M.L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?