Robinson : le parfait exemple

  • Robinson : le parfait exemple
    Robinson : le parfait exemple
Publié le , mis à jour

Après avoir joué des années au plus haut niveau du rugby à XIII, Jason Robinson a basculé vers le XV où il a atteint le sommet du rugby mondial. Tous les joueurs de son type ne peuvent pas en dire autant.

Champion du monde en 2003 avec la sélection anglaise dirigée par Clive Woodward, Jason Robinson était treiziste seulement trois ans plus tôt. D’ailleurs, dans sa discipline, l’ailier anglais a excellé durant huit ans marquant tout particulièrement le club de Wigan avec lequel il a disputé 284 matchs et inscrit 685 points. Pourtant après une première expérience avec Bath en 1996, c’est de façon définitive que Robinson s’est dirigé vers le rugby à XV. Et c’est tout naturellement que c’est vers le club de Sale qu’il s’oriente, notamment pour des raisons personnelles : rester non loin de Wigan pour éviter de déménager et causer un changement dans sa vie de famille. Arrivé avec trois mois de retard dans le championnat anglais, Jason Robinson réalisa tout de même une année réussit, inscrivant neuf essais en dix-huit matchs. D’ailleurs, ses performances de l’époque sont vite remarquées par le sélectionneur national de l’époque : Sir Clive Woodward. Parallèlement à cela, celui qui est surnommé « Robbo », arrive dans l’équipe des Lions Britanniques avec qui il brille aussi, marquant notamment cinq essais lors de sa première sélection.

Du XIII au trophée Webb Ellis

Après deux années convaincantes au sein de la sélection du XV de la Rose, Robinson participe logiquement au Tournoi des VI Nations de 2003. Il remporte donc avec un certain Jonny Wilkinson cette édition en battant toutes les nations. Ce Grand Chelem en poche, les Anglais s’envolaient quelques mois plus tard pour l’Australie afin d’y disputer la Coupe du monde. La, il disputait la totalité des matchs du XV de la Rose et inscrivait l’unique essai de son équipe lors de la finale face à l’Australie. Après cette consécration, Robinson passe un nouveau cap : il est nommé capitaine de l’Angleterre lors de la tournée d’automne 2004. Ce fut la première fois qu’un ancien treiziste avait l’occasion d’occuper ce poste. Un an plus tard, le phénomène anglais annonce sa retraite internationale. Pourtant, il revient pour disputer le Mondial 2007 en France. Blessé après deux matchs de poules, il sera de retour pour les phases finales et échouera en final face aux Springboks. L’occasion pour lui de faire définitivement ses adieux à la sélection après avoir marqué cette nation. Jason Robinson est bel est bien le meilleur exemple anglais de reconversion entre le rugby à XIII et le rugby à XV. J.E.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?