Yves Malquier ou la légende de «Barbe de fer»

  • Yves Malquier ou la légende de «Barbe de fer»
    Yves Malquier ou la légende de «Barbe de fer»
Publié le , mis à jour

Le 17 mars 1979, à Paris contre l’Écosse, le Narbonnais Yves Malquier marquait deux essais pour le XV de France. C’était sa première et sa … dernière sélection officielle. Histoire singulière d’un destin et d’un barbu atypique.

La sélection nationale, si elle reste un Graal à atteindre pour tout joueur de rugby, aura été cruelle pour certains. L’apogée rugbystique, Yves Malquier la connaîtra un soir de mars 1979 face à l’Écosse. Aligné à son poste de troisième ligne centre la seule titularisation du Narbonnais en équipe de France est loin, très loin même de n’avoir été qu’une apparition. Une première mi-temps empreinte de timidité, avant d’inscrire un doublé et d’être l’auteur de plusieurs percées incisives. La France l’emporte de justesse (21-17) et le Midi Olympique de l’époque salue la performance : « Malquier monte dans le grand huit ! Le Narbonnais ne pouvait rêver mieux pour ses débuts sous le maillot frappé du coq. »

Victime de coups du sort

Comme une évidence le Narbonnais, meilleur marqueur d’un club vainqueur de quatre trophées (Championnat, Du-Manoir, Bouclier d’automne et Béguère), s’envole avec la sélection pour la tournée en Nouvelle-Zélande. Il débute lors d’un match non officiel face au Fidji à Suva. Une partie âpre comme s’en souvenait l’intéressé rencontré en 1999 : « Quelle partie de manivelle… Et quelle chaleur ! Dubroca avait même eu une insolation. » À tel point que Malquier se blesse et devra passer sur le billard. Une blessure le privant notamment de la première victoire en test sur la Nouvelle-Zélande à Auckland. La saison suivante, Narbonne comme son barbu de numéro huit ne trouve plus le rythme… Barbe de fer aura tout de même une dernière occasion de revertir le maillot du coq. En ouverture du tournoi 80, la France se noie à Cardiff. Le lendemain Malquier retrouve, l’espace d’un dimanche, sa verve de l’année précédente. Il signe quatre des cinq essais Narbonnais face à Carcassonne la veille de la réunion du comité de sélection. Malheureusement, le comité en proie à des guerres intestines reporte sa décision d’une semaine. Narbonne sombre à domicile face à l’USAP et Malquier dit adieu à ses rêves bleus. P-O.C

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?