Jean Capdouze de Perpignan, « Nano » de Pau

  • Jean Capdouze de Perpignan, « Nano » de Pau
    Jean Capdouze de Perpignan, « Nano » de Pau
Publié le , mis à jour

Un ouvreur qui a fait le bonheur de la Section paloise et du XIII catalan. Portrait de « Nano », trop tôt disparu.

Dans la vie quotidienne, il était boulanger. La pâte, il savait la transformer en pain savoureux. Ballon en mains, il faisait des miracles. En 1964, tout le bon peuple palois n’est pas près d’oublier Jean Capdouze. Cette année-là, avec son numéro 10, il est le bourreau des Biterrois lors de la finale du championnat de France. Sur la pelouse du Stadium de Toulouse, la Section s’impose 14 à 0 avec deux essais et un drop de son génial ouvreur. 1964, c’est la saison où il tape dans l’œil du sélectionneur Jean Prat qui lui offre son premier maillot bleu lors de la mémorable tournée en Afrique du Sud. Lors de l’unique test à Springs, il est au centre de l’attaque pour un succès historique de 8 à 6. Tous les oracles lui prédisent un avenir doré sous le maillot bleu. Finalement, il donne une autre orientation à sa carrière en signant pour le XIII catalan en 1966. Dans l’autre rugby, son talent et ses qualités font le bonheur des Catalans qui en 1969 décrochent le premier doublé de leur histoire. En finale du championnat, ils prennent le meilleur sur Saint-Gaudens (12-11) et en Coupe de France, Villeneuve fait les frais de la furia catalane (15-8).

1968, sommet de son art

Or, c’est en 1968 lors de la Coupe du monde en Australie que « Nano » a été au sommet de son art. Associé à la charnière à Roger Garrigues, le Béarnais mène la France en finale de l’épreuve. À Auckland, il met la Nouvelle-Zélande à genoux en inscrivant 13 des 15 points tricolores pour une victoire finale de 15-10. Dix jours après toujours à Auckland, il dompte la Grande-Bretagne 7 à 2. Ce double succès permet à l’équipe de France disputer le 10 juin 1968 la finale à Sydney face aux Australiens. Or, l’équipe de France est émoussée. L’arbitrage n’est guère favorable et s’incline logiquement 20 à 2 avec un drop de Jean Capdouze pour sauver l’honneur. Dans les années 90, il est revenu dans les Pyrénées et à ses premiers amours. Il entraîne, Lourdes, Buzy, Pau et fait un crochet par Grenoble en 1996. En pleine force de l’âge, c’est la maladie qui plaquera définitivement ce génial ouvreur des deux rugbys à l’âge de 56 ans.

Digest

Jean Capdouze est né le 31 août 1942 à Salies-du-Béarn, décédé le 12 juin 1999.

Poste : ouvreur

Mensurations : 1,72 m ; 80 kg

Rugby à XV : 6 sélections, champion de France 1964 avec Pau.

Rugby à XIII : 26 sélections, champion de France 1969, vainqueur de la Coupe de France 1969 avec le XIII catalan

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?